Les Rencontres d'Arles 2008 >

Atelier Mécanique - Joachim Schmid

Version mobile
English

Atelier Mécanique - Joachim Schmid

Depuis plus de 25 ans cet artiste allemand recueille partout dans le monde des photos perdues ou jetées.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Ici les ouvriers donnaient vie aux locomotives...c'est un autre mouvement qui vous emporte par le regard maintenant...partez sur votre droite et laissez vous guider par cet accrochage circulaire qui fait le tour de l'atelier. Ce sont " les photos de la rue " de Joachim Schmid. Depuis pus de 25 ans cet artiste allemand recueille partout dans le monde des photos perdues ou jetées. Il en a trouvé 900. C'est la première fois qu'il peut toutes les montrer ensemble. C'est un " salon des refusés ", un anti-musée par excellence.
Pour écouter Joachim Schmid, appuyez sur la touche étoile.*son Schmid
J'ai commencé à collectionner des photos que j'ai découvert dans des endroits publics en 1982. j'ai continué pendant un temps... Les gens pensaient que ces photos n'avaient pas d'avenir du tout, mais c'est exactement l'opposé d'un musée. Un musée préserve toujours les choses pour l'avenir car elles sont bien, importantes, etc... Plus j'ai accumulé ces photos, plus elles devenaient intéressantes, et finalement, j'ai décidé après quelques années de les utiliser dans mon propre travail artistique. Toutes les photos sont montées avec la date et l'endroit où je les ai trouvées. Après un certain temps j'ai remarqué que cette collection de photos anonymes raconte également l'histoire de ma vie : je me souviens des situations où j'ai trouvé ces photos... mais je ne vais pas vous les raconter, c'est mon petit plaisir à moi. Tout vient de l'imagination, mon imagination est aussi importante que la vôtre.
Les gens attendent toujours que ce soit devant les boutiques de photos ou des labos qu'on trouve plus de photos. Mais ce n'est pas vrai. Le seul endroit où on trouve le plus de photos, c'est à proximité des photomathons.
C'est la première fois que ce projet est exposé en entier car il est grand et a besoin de pas mal de place. A Arles, nous avons cet espace. Alors je suis bien content, je ne vois aucune raison d'arrêter.
Retour haut de page