Les Rencontres d'Arles 2008 >

Atelier des forges - Samuel Fosso

Version mobile
English

Atelier des forges - Samuel Fosso

Pour rassurer sa grand-mère, il lui envoie des autoportraits de lui, jouant des personnages célèbres.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Dans cette cathédrale industrielle les forgerons travaillaient l'acier pour construire des locomotives...on imagine le vacarme... c'est autre tumulte qui s'offre à votre regard. Ici, les artistes exposés vont au plus profond de leur sujet : la nature humaine.
L'histoire de Samuel Fosso est incroyable. Né au Cameroun en 1962, infirme durant son enfance, orphelin trop tôt, réfugié de la guerre du Biafra, il n'a que 13 ans quand il ouvre son studio photo à Bangui en République Centrafricaine. Pour rassurer sa grand-mère qui l'a élevé, il lui envoie des autoportraits de lui, jouant des personnages célèbres. Sans se douter un seul instant qu'il serait un jour considéré comme un artiste.
*son Fosso
J'ai ouvert mon studio en 75, j'ai commencé tout juste en même temps à faire auto portrait sur moi-même, pour envoyer à ma grand-mère, parce que ma mère est pas vivante, elle est déjà morte quand j'étais trèspetit, puis la guerre du Biafra a commencé, j'étais avec ma grand-mère pendant les 3 ans de guerre du Biafra. Quand je suis venu en Centre Afrique j'ai commencé immédiatement à faire mes portraits, comme je lisais tous les revues photo, quoi, des américains, là je vois aussi les vedettes comme James Brown et moi je le fais avec mes petits moyens, en m'achetant aussi des tissus, immédiatement je fais la photo pour l'envoyer à ma grand-mère et pour lui signaler que je vis bien, quoi.
En fait j'ai eu un photographe qui était venu à Bangui, qui voulait avoir des photos de moi, pour faire le premier festival de photographie africain à Bamako...est-ce que j'ai des anciennes photos, je ne voyais pas l'importance, je ne savais même pas ce que c'est l'art artistique et c'est là que j'ai découvert le monde artistique, j'ai appris que ce que je faisais c'est la photo d'art. J'ai créé beaucoup de personnages, je m'intéresse en particulier à l'histoire des noirs, Léopold Sedar Senghor, Mohamed Ali, Aimé Césaire, Martin Luther King, Bob Marley, Malcom X, par rapport à ce qu'ils on fait pour le peuple noir. J'ai déjà fait des femmes aussi comme Angela Davis. Quand je travaille moi-même, je ne pense plus rien que lui, je suis déjà dans lui. C'est aussi d'éviter de moi-même par rapport à la souffrance que j'ai vécue, c'est une façon aussi de m'échapper, de remercier Dieu surtout, que j'ai survécu, je ne savais pas qu'un jour je serai une personne qui peut être respectée.
Retour haut de page