Les Rencontres d'Arles 2008 >

Atelier des Forges - Patrick Swirc

Version mobile
English

Atelier des Forges - Patrick Swirc

Une lettre sur papier argentique, qu'il vous montre sans pudeur, on y voit l'indicible : sa souffrance et l'absence de l'autre.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Un jour Claire est partie. Et Patrick Swirc a tenté l'impossible, la reconquérir. Alors il a photographié son chagrin, ses souvenirs de l'amour disparu. Une lettre sur papier argentique, qu'il vous montre sans pudeur, on y voit l'indicible : sa souffrance et l'absence de l'autre.
Vous voulez savoir si Claire est revenue ? Pour écouter Patrick Swirc, appuyez sur la touche étoile.
*son Swirc
J'aime bien aller chercher les gens un petit peu au fond et gratter un peu qu'il y a au fond et les dénuder quoi...mais les dénuder au sens propre comme au figuré. Donc je me suis déshabillé aussi, je me suis foutu à poil... y'a la photo avec les élastiques par exemple, quand j'ai la tête recouverte d'élastiques...Claire quand elle a vu cette photo elle a dit y'a une violence dans cette photo là et y'avait de la violence parce que je venais de la croiser dans la rue et je lui ai fait peur, je lui ai dit " bonjour Claire " et " ah !!! ...ah tu m'as fait peur, tu m'as fait peur, tu m'as fait peur ! " et pour moi c'était horrible, je me suis détesté, je me suis haï, je supportais plus ma gueule et je suis allé me faire couper les cheveux et je me détestais encore plus et puis voila j'ai voulu m'arracher la tête, m'arracher les yeux, m'arracher tout ça et voila quoi...j'essayais vraiment de reconquérir la personne par ces photos là, elle voulait pas me voir d'abord, je rappelle Claire, je lui dis faut absolument que je te vois, ouvre moi ta porte...elle m'ouvre sa porte et je lui remets ça et elle me dit c'est quoi, je lui dis c'est une lettre pour toi. C'est donc dans une boîte en métal, scellée à la cire et à l'intérieur y'avait des vieux cahiers d'écolier italiens des années 5 et j'avais collé toutes les petites photos avec le texte en dessous de chaque photo et à l'intérieur j'avais mis deux petits coeurs d'ex-voto que j'avais trouvés dans une église...et donc je suis parti, tout de suite et j'ai été surpris parce qu'elle m'a rappelé peut être 20 minutes après, en pleur, elle me dit c'est magnifique ce que tu m'as écrit, c'est super beau, c'est super beau et moi j'ai été un peu pris de court, je m'attendais pas à ce qu'elle me rappelle, je lui ai dit, écoute, je peux pas te parler, je peux pas te parler, je te rappellerai j'ai raccroché. Et deux jours plus tard elle me renvoie un mail en me disant écoute, j'ai eu la gentillesse d'écouter ta douleur, je t'ai ouvert ma porte, j'ai accepté ton cadeau, maintenant, fous moi la paix...et c'en est resté là, quoi...
Retour haut de page