Paris : les monuments >

Saint-Germain des Prés

Version mobile
English

Saint-Germain des Prés

Ce quartier, ce village disent certains, est célèbre dans le monde entier.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes sur la place Saint Germain des prés
Ce quartier, ce village disent certains, est célèbre dans le monde entier.
Et si pour quelques minutes, si vous deveniez un germanopratin ? Un habitant de st Germain des prés.
Positionnez-vous dos à l'église. ...Ca y est vous y êtes ? On va faire un tour d'horizon.
Sur le trottoir face à vous à gauche, voilà le célèbre café des 2 magots. L'un des 3 cafés du quartier qui sont devenus de véritables monuments. Il y a aussi le Flore et la brasserie Lipp à deux pas d'ici.
Ils ont accueilli et accueillent encore des célébrités du monde entier.
Dès les années 20 on y croise des artistes connus.
(Le serveur nous parle en même temps qu'il fait son service)
Qu'est-ce qu'on vous sert Monsieur Paul Eluard ? Ah mais, vous êtes venu avec votre ami Picasso.
Et les jeunes là ? Qu'est-ce qu'ils commandent vos collègues monsieur André Breton ? Pas de scandale aujourd'hui, hein ?!
Asseyez-vous Monsieur Malraux, votre table est libre. Vous êtes en avance, Monsieur Mauriac n'est pas encore arrivé.
Alors Monsieur Apollinaire ? Rêveur ? Et une absinthe pour la 7 !!
Madame de Beauvoir, Monsieur Sartre, Comme d'habitude ? Cigarette ?
(aparté) Des années qu'ils viennent tous les jours ces 2 là. Ils reçoivent ici comme chez eux...Ils parlent de philosophie, " l'existentialisme ", comme ils appellent ça ...
Pour en savoir plus sur la période "existentialiste" de St Germain, appuyez sur la touche étoile
Après la guerre la jeunesse de St Germain ivre de liberté se déclare existentialiste. L'une des muses de ce mouvement est Juliette gréco. .
On se retrouve dans les caves de jazz, on écoute du bee bop, on déclame des poèmes pour payer sa note de restaurant... L'un des amis de Jean Paul Sartre et de l'équipe des temps modernes est l'un des principaux acteurs du mouvement. c'est Boris Vian. Il joue de la trompette au tabou, le célèbre club de jazz qui écrira de nombreuses pages des nuits du st Germain de ces années là.
Alors jeune homme, content d'avoir reçu le prix littéraire du café ? Encourageant pour un premier roman,
(aparté) à suivre ce Raymond Queneau..
Bonjour, ça va ce matin ? Et un café pour Albert Camus
(aparté) Plus tard, le quartier est toujours à la mode, les écrivains, les artistes de tout poil défilent sur les terrasses de ces cafés.
Et un Sherry pour Monsieur Hemingway...
(aparté) Et puis y a toute la bande du cinéma des années 60, la nouvelle vague, Brially, Truffaut, Godard, Chabrol...
Oui voilà j'arrive, c'est que maintenant en plus, y a ceux de la mode et de la couture, le quartier bouge...et, 3 dry, 3....(fondu)
Continuons notre tour.
Le café borde le boulevard st Germain. Encore une Oeuvre du baron Haussmann au 19ème siècle.
Regardez de l'autre côté du boulevard. La grande rue qui remonte à gauche va jusqu'à la gare Montparnasse. C'est de là bas qu'on va en Bretagne, c'est pour ça que cette rue s'appelle la rue de Rennes. Vous saviez qu'il lui manque les 39 premiers numéros ? Haussmann pensait continuer sa percée jusqu'à la Seine mais ça ne s'est jamais fait...
Au carrefour de la rue de Rennes et du boulevard Saint-Germain, il y a une fontaine. Elle a été offerte par le gouvernement québécois. Les enfants s'en donnent à coeur joie quand il fait chaud.
Revenons de notre côté du boulevard et nous voilà face à l'église St Germain des prés.
L'église donne son nom au quartier. C'est St Germain des prés. Le clocher-porche qui s'élève devant nous appartient depuis un millénaire au paysage de Paris ...
Vers l'an 1000, on remplace une basilique du 6ème siècle dans laquelle les rois mérovingiens se faisaient enterrer par une abbaye bénédictine de style roman.. Cette abbaye devient très puissante, son monastère est l'un des grands centres intellectuels européens et son domaine s'étend jusqu'aux environs de Saint-Cloud. Mais avec la révolution tout est dévasté et sur les 3 clochers qui faisaient sa fierté, il n'en reste plus qu'un.
L'église actuelle et le palais abbatial, rue de l'Abbaye, sont restaurés au 19ème siècle.
Sur la gauche de l'église, un petit square abrite quelques vestiges de l'abbaye et surtout un très joli buste de Picasso sculpté en hommage à son ami le poète Guillaume Apollinaire. On raconte qu'il lui a prêté les traits de sa maîtresse Dora Maar...
Continuons notre tour d'horizon sur la gauche.
Sur le trottoir en face de l'église, un peu à droite, il y a une fontaine verte avec des nymphes. Vous l'avez vue ? C'est une fontaine Wallace.
Pour découvrir l'origine des fontaines wallace si typiques du paysage parisien, appuyez sur la touche étoile.
Typiques de Paris, ces fontaines sont un don de Sir Richard Wallace. En 1870, ce riche anglais vit dans la capitale affamée par la guerre et la commune.
(wallace - accent anglais) Que faire pour les parisiens ? Ils manquent de tout. Rien à manger, ni à boire...Mais oui, c'est ça : à boire ! Fantastic ! Je vais offrir à la ville 50 fontaines à boire. Chacun pourra se désaltérer d'eau fraîche et pure.
On les installera sur les places, les trottoirs...accessibles à tout le monde...
Il faudrait qu'elles soient belles aussi...On y fera figurer quatre statuettes, 4 femmes pour la Simplicité, la Bonté, la Sobriété et la Charité.
Observez bien, chacune est différente de ses soeurs, le genou, la tunique...
Ne pas oublier d'attacher un gobelet à une chaînette de fer, il devra toujours baigner dans l'eau pour rester propre...
Le succès populaire est immense.
On fait la queue autour de ces sources intarissables. A l'heure des repas, les ménagères se pressent avec des carafes.
Un journaliste commente :
Je connais des quartiers où il faut attendre cinq minutes avant de pouvoir aborder la petite tasse. Il faut multiplier ces bienfaisantes fontaines ! C'est une question d'hygiène et de moralité. Faire boire de la bonne eau à tout le monde et rendre moins terrible la tentation du mauvais vin, c'est là le double but qu'il faut atteindre.
(Voix enfantine) Moi, si j'avais 53 minutes à dépenser, je marcherais tout doucement vers une fontaine. Croiserez-vous le petit prince de Saint Exupéry près de celle-ci ?
Notre tour est terminé mais promenez-vous dans les petites rues alentours.
Installez-vous à une terrasse et laissez agir le charme du quartier... qui sait, vous aussi il va peut-être vous inspirer...
Retour haut de page