Lens : de la mine au Louvre >

Place de l'Hôtel de ville

Version mobile
English

Place de l'Hôtel de ville

Le dynamisme historique des commerçants et la reconstructions de la ville victime des guerres

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes sur la place de l'Hôtel de Ville, la place Jean Jaurès. Installez vous sur le parvis devant la mairie.A Lens, au cours de l'Histoire, l'hôtel de ville a été détruit et reconstruit de nombreuses fois. Jusqu'à la 1ère guerre mondiale, les historiens ont répertorié 3 édifices.
En 1913, la ville devenue une grande cité minière entreprend la construction d'une grande mairie. Mais la guerre de 14/18 ne laisse que des ruines à Lens. Il faut tout reconstruire.

1939 ... une autre guerre. En 1944, avec le bombardement des alliés, 500 bâtiments sont touchés dont l'Hôtel de Ville en partie détruit. > Il est rasé en 1956 pour être remplacé par ce bâtiment plus moderne.
Moderne et astucieux : comme la gare, il est bâti sur des vérins hydrauliques. Ici, avec les anciennes mines, le terrain est très instable.
Regardez sur votre gauche l'église située au bout de la place. C'est l'église St Léger.
Construite au 18ème dans le style Jésuite. Après la 1ère guerre mondiale, on l'a reconstruit pratiquement à l'identique. Aujourd'hui, c'est le seul bâtiment qu'un Lensois du début du 20ème siècle reconnaîtrait s'il revenait ici.
Regardez maintenant les façades à l'opposé de l'Hôtel de ville. Aucune n'a vraiment le même style. D'ailleurs, l'office de tourisme leur consacre une visite thématique. Renseignez-vous.
Le plus souvent, ces façades ont été sauvegardées grâce aux commerçants qui eux aussi ont bénéficié de l'activité minière. C'est le cas de la famille Poincelet qui tient depuis 1906 un magasin de porcelaines. Victor Poincelet, le fils du fondateur se souvient de la grande époque :
" Il y avait certainement une clientèle importante pour y faire du commerce. Y avait de quoi faire. C'était une clientèle principalement de mineurs et qui les jours de quinzaine dépensait malgré tout assez facilement. Qui achetaient aussi de la porcelaine et tout sorte de choses, et quelque fois des belles choses également. "
La quinzaine ... c'est le salaire des mineurs versés deux fois par mois.
Aujourd'hui encore Lens est une ville de commerçants dynamiques. R
En vue de l'inscription du bassin minier au patrimoine de l'Unesco, il a créé notamment un chocolat à base de lavande :
" On a crée un bonbon de chocolat sur une légende. Ca racontait l'histoire d'un jeune galibot qui descendait à la mine tous les jours avec dans sa musette un petit bouquet de lavande. Et jamais il n'a dit ce qu'il avait dans sa musette et pourquoi tous ses alentours embaumaient et il a toujours gardé le mystère et de ce mystère est née cette légende. On a fait un chocolat à base de lavande. "
Bien. Partons maintenant en direction de la Maison syndicale, qui résonne encore des cris de colère des mineurs.
Pour connaître les informations de guidage, appuyez sur la touche Etoile.Remontez la place à pied jusqu'à l'église, prenez à gauche La rue Lanoy. Traversez la place du Cantin et sur la gauche remontez la rue Florent Evrard. Vous arrivez à la maison syndicale. Nous vous attendons devant.
Retour haut de page