Lens : de la mine au Louvre >

La gare

Version mobile
English

La gare

La construction de la gare : une conception révolutionnaire !

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes devant la gare de Lens.Observez la bien : on dirait une locomotive.
Le hall est le module de commande, et la tour de l'horloge c'est la cheminée !
Une tour de 23 mètres : l'architecte la voulait avec un fond noir pour qu'il soit plus facile de lire l'heure.
La Compagnie de Chemin de Fer du Nord confie le projet à l'architecte Urbain Cassan. Cet homme ne voulait surtout pas que la gare de Lens ressemble aux autres gares en France. Et c'est réussi !
A l'époque, la nouvelle gare de Lens fait scandale. Son style Art Déco en béton armé ne plait à personne : ni au ministère des transports, ni à la municipalité...et encore moins aux Lensois.
A l'intérieur, il ne faut surtout pas manquer d'aller admirer les quatre mosaïques dans la salle des guichets. Pour les voir, pensez à lever la tête.
Ces mosaïques évoquent le chemin de fer et la mine. On voit les mineurs qui remontent du fond.
En descendant du train, les voyageurs ne pouvaient ignorer qu'ils arrivaient dans une région minière. >
Si au 19ème siècle, on a construit une gare à Lens, c'est que cela devenait indispensable pour continuer de produire du charbon ici.
En 1853, les compagnies des mines de Lens et de Courrières, et les deux municipalités demandent au Conseil Général une nouvelle ligne ferroviaire entre Arras et St Omer. Et comme le dit Pascale Bréemersch, historienne locale et conservatrice des archives municipales de Douai, il a fallu convaincre ces messieurs des chemins de fer...
" La compagnie de chemin de fer du Nord ne croit pas à ce moment-là à l'avenir des mines, ce qui est incroyable aujourd'hui, et donc traîne les pieds. Les réseaux routiers et navigables n'étaient plus capables d'évacuer la production, on était arrivé à saturation, donc les compagnies minières menaçaient de diminuer leur production s'il n'y avait pas une solution qui était trouvée et donc la solution c'était de créer un réseau ferroviaire. "
Une très bonne idée puisque Lens est devenue alors un véritable carrefour ferroviaire. Le dépôt des trains deviendra même l'un des premiers de France.
<
Et en 1927, on vendait ici 2000 billets tous les jours. Imaginez un peu la foule dans la gare ! >
Lors de la construction du bâtiment, il a fallu tout prévoir. Y compris les affaissements de terrain. Avec l'exploitation minière, le sous-sol ici est très instable. On a donc construit la gare sur des vérins hydrauliques. Ingénieux non ?
L'architecte a aussi pensé à diviser la gare en plusieurs morceaux. 11 compartiments indépendants les uns des autres.
La gare de Lens est bien sûr née avec des trains à vapeur, qui fonctionnaient d'ailleurs au charbon. Cette époque est révolue et aujourd'hui< le tgv arrive ici et Lens est à une heure de Paris.
Bien. Partons maintenant, à la rencontre des " sang et or ", l'équipe mythique du stade Bollaert, dont l'histoire est elle aussi liée à celle de la mine....
Pour connaître les informations de guidage, jusqu'au stade Bollaert, le temple du football, appuyez sur la touche étoile de votre téléphone... C'est à vous !
Le stade est à proximité de la gare, vous pouvez donc y aller à pied. Le dos à la gare, partez à gauche. Au grand carrefour, prenez à gauche et ensuite à droite en suivant les panneaux du stade Bollaert. Nous vous attendons près des grilles.
Retour haut de page