Lens : de la mine au Louvre >

La base du 11/19

Version mobile
English

La base du 11/19

L'histoire du charbon dans la région et le travail des mineurs

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes devant la base du 11/19. C'est l'un des quatre sites miniers préservés dans la région du Nord Pas de Calais.Ici la majeure partie des bâtiments a été conservée et reconvertie. On peut donc très bien se rendre compte de comment se déroulait le travail des mineurs ici.
Bruits de la mine
Ce qu'on voit aujourd'hui encore s'appelait le carreau de fosse. Chaque puît en avait un. Il y a l'entrée avec la maison du gardien. A côté : le lavabo ... une grande salle dans laquelle les mineurs se changeait. On y suspendait les vêtements à l'abri de la poussière. Aujourd'hui cette salle accueille, la scène nationale du Bassin Minier, Culture Commune.
Et cette sorte d'échafaudage ?
C'est un chevalement. Il permettait de descendre et de remonter les mineurs et le charbon. On le voit de très loin et certains mineurs le surnommaient le beffroi.
Jean Latosi a passé 33 ans au fond de la mine dans le secteur de Lens. Il y a exercé plusieurs fonctions.
" On voit le mineur avec un marteau piqueur avec sa hache en train de boiser, mais tout autour de cette image, y'avait un tas de métier. La mine a été électrifiée donc y'a fallu des gens avec des hautes compétences. Y'a eu les électromécaniciens, y'avait des conducteurs de tracteurs, y'avait des tuyauteurs ceux qui installaient les tuyauteries pour amener l'air comprimé parce qu'il y avait beaucoup de machines qui fonctionnait à l'air comprimé, et qui amenait l'eau également. Et c'était un travail d'équipe. "<
Le mineur passait huit heures au fond de la mine. Il y emmenait son repas. 3 équipes se relayaient, puisque chaque puit fonctionnait 24h sur 24.>Regardez maintenant sur votre gauche les deux terrils. Attention, on ne prononce pas le " l ", on dit " terri " ... Ces " terri " donc, sont un amoncellement des déchets miniers qui, remontés avec le charbon, étaient triés à la surface. Le charbon d'un côté et le reste sur le terri
En Belgique, ces monticules s'appellent aussi des crassiers.
Certains terris contiennent encore suffisamment de houille pour entrer spontanément en combustion lente. Alors peut-être verrez vous quelques colonnes de fumée s'échapper.
Sur cette base, on a compté jusqu'à quatre terrils. Et dans la région, il y en avait plus de 250. Beaucoup ont été détruits mais quelques uns ont été aménagés pour le parapente, ou même ...le ski.
Ici, la nature a repris ses droits, des arbres grandissent sur les terris.
Si vous voulez en savoir plus sur les terris, n'hésitez pas à suivre une des visites guidées proposées par l'association la Chaîne des Terrils présente sur cette base 11/19.
Bien. Découvrons maintenant une autre cité minière de Lens, la 9, qui se prépare un bel avenir avec l'arrivée du Louvre.
Pour connaître les informations de guidage jusqu'à la cité N?9, appuyez sur la touche Etoile.
Retour haut de page