Lens : de la mine au Louvre >

L'Université Jean Perrin

Version mobile
English

L'Université Jean Perrin

La puissance de la compagnie minière de Lens...

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes devant les grilles de l'Université Jean Perrin.Le bâtiment de la faculté des Sciences qui est devant vous, abritait le siège de la Compagnie minière de Lens. Comme dans le passé, on l'appelle encore " Les grands bureaux ".
Je dirais même, le grand château !
Un château industriel, oui. Une fois les mines totalement remises en état après la première guerre mondiale, la compagnie voulait montrer sa toute puissance. 81 mètres de façade construits sans aucune grue ! 200 ouvriers ici à partir de 1922.
Regardez les fenêtres ... qui sortent de la façade. Ces bow-windows sont typiques de l'architecture régionaliste. Les petites lucarnes sur le toit ou encore les parements en brique aussi. <
Voix d'un homme très distingué : Hum ... Pardon je me présente >: Achille Duchêne, paysagiste. J'ai modestement dessiné ce parc à la française. Plait-il ? Oui assez vaste ... 3 hectares. Ces messieurs de la direction avaient besoin de respirer voyez-vous.
Aujourd'hui, le parc appartient à la municipalité. Et tout le monde peut y entrer. Ne vous gênez pas.
La compagnie minière de Lens s'était donc offert un siège très imposant. Il faut dire que l'activité était très rentable
La compagnie a été créée en 1852, 10 ans environ après la découverte du charbon dans la région.
Les débuts ont été difficiles. On descendait d'abord avec des échelles. Mais dès 1856, la fosse Sainte-Elisabeth, ouverte quatre ans plus tôt emploie 513 ouvriers.
10 ans plus tard, on compte déjà à Lens quatre puits qui produisent plus de 348 000 tonnes de charbon. Il y a alors du travail pour 1500 personnes.
En 1912, on dit que la Compagnie minière de Lens est la plus puissante de France.
Tellement puissante qu'elle est devenue un véritable contre pouvoir pour la municipalité. La compagnie gérait tout dans la vie du mineur : son travail bien sûr mais aussi son logement, l'éducation de ses enfants et même ses loisirs. N'oubliez pas que c'est elle qui a fait construire le stade Bollaert.
" Y avait le bal de la Croix Rouge qui était quelque chose d'important et puis les bals des fêtes minières. Quand on revoit les cartes postales, on voit qu'il y avait quand même beaucoup de fêtes qui se produisaient à cette époque là. Et c'était toujours un évènement important. Ma mère qui a vécu ça, qui a dansé dans les salons des grands bureaux en a des souvenirs. "
Ces bals se déroulaient dans de très grandes salles au rez-de-chaussée. Aujourd'hui, les lieux abritent une grande bibliothèque.
Chut....
Bien. Partons maintenant à la mine sur la base du 11/19. Il s'agit d'un ancien carreau de fosse.
Pour connaître les informations de guidage jusqu'à la base du 11/19, appuyez sur la touche Etoile.
Retour haut de page