Lens : de la mine au Louvre

Version mobile
English
  • La gare

    1. La gare

  • Stade Bollaert

    2. Stade Bollaer...

  • Place de l'Hôtel de ville

    3. Place de l'H...

  • La Maison syndicale

    4. La Maison syn...

  • L'Université Jean Perrin

    5. L'Université...

  • La base du 11/19

    6. La base du 11...

  • Cité 9

    7. Cité 9

x

Quand les mineurs sont remontés...

La dernière mine de charbon dans le Nord de Pas de Calais a fermé en 1990. A Lens, le charbon a marqué plusieurs générations. Sans lui, la ville n'aurait peut être pas eu une des premières équipes de football de France, une gare Art Déco et même maintenant une annexe du Louvre.

A quoi le dernier mineur a t-il pensé en remontant du fond le 21 décembre 1990 à Oignies ? Quelle aventure ! Sans le charbon, l'histoire de Lens et de sa région aurait été bien différente. Pourquoi y construire après la 1ère guerre mondiale une gare pas comme les autres ?

Rencontre avec...

Denis Bucher, le petit fils du directeur des mines de Lens entre 1934 et 1944. Sa mère lui a souvent raconté qu'on dansait aux bals des fêtes minières : " C'était toujours un évènement important. Ma mère qui a vécu ça, qui a dansé dans les salons des grands bureaux en a des souvenirs. "   
Son architecte l'a voulue Art Déco avec des mosaïques dans la salle des guichets. C'était LA gare, un véritable carrefour ferroviaire et même l'un des premiers dépôts de train de France.   
Le charbon voyageait dans toute l'Europe. Et le mineur lui en vivait. Après le travail, il y avait la famille et aussi le football. En 1932, Félix Bollaert, le directeur de la compagnie des mines de Lens a fait construire un stade à côté des fosses 1 et 9. Aujourd'hui encore, ce lieu porte son nom et accueille chaque semaine jusqu'à 41 000 spectateurs pour les matchs du RC Lens. Au départ, les joueurs de cette équipe étaient souvent des hommes de la mine. Aujourd'hui, ils jouent en Ligue 1, l'élite du championnat de France de football. Le stade a même servi pour la Coupe du Monde de 1998.   
En se passant du charbon, Lens a gardé sa gare, son stade et a également réhabilité les grands bureaux des charbonnages eu une faculté, l'Université Jean Perrin. Mais le symbole le plus fort de l'après charbon, c'est l'arrivée en 2012 du Louvre sur le site de l'ancien carreau de la cité n°9. Pas forcément pour déménager la Joconde mais pour faire de la ville une nouvelle capitale culturelle du Pas de Calais.   

[ Accès à la carte Accès à la carte ]

Le saviez vous ?

La gare de Lens bouge ! A cause de l'exploitation des mines de charbon, la gare de Lens a été construite sur un terrain très instable. elle a été construite sur des vérins hydrauliques. Elle est également divisée en 11 compartiments indépendants les uns des autres.   
Version mobile
English
Retour haut de page

Photo de gauche : La Tribune Delacourt du Stade Bollaert.
Credit : Glam, Wikimedia Commons