Le Monêtier-les-Bains >

Chapelles peintes

Version mobile
English Italien

Chapelles peintes

Un patrimoine d'une exceptionnelle richesse

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Dans le nord des Hautes-Alpes, les peintures murales ont fleuri sur les murs des églises et des chapelles, même les plus modestes, entre le milieu du 15e siècle et le début du 16e siècle. A la fois images religieuses à vocation d'enseignement et éléments décoratifs destinés à magnifier les édifices, ces peintures, témoins d'une époque, constituent un patrimoine d'une exceptionnelle richesse.
Au Monêtier-les-Bains, les chapelles Saint-Martin et Saint-André en sont un exemple remarquable.
La petite chapelle Saint-Martin, à l'architecture sobre et dépourvue de clocher, ne laisse pas deviner son trésor ...
Elle a connu une histoire troublée. Lieu de culte à l'origine, elle est vendue à la Révolution comme Bien National et devient un bâtiment privé. Elle est utilisée comme hangar ou remise et sert à l'occasion de logement pour les troupes de passage. Une grande partie de la décoration intérieure, pourtant, a survécu à tous ces aléas. C'est sur la voûte de la nef qu'il est le mieux conservé. Organisé en panneaux, il présente des scènes tirées de l'Ancien Testament : images de la Création, de la Chute et de la Rédemption, étapes dans l'histoire du salut des hommes.
La chapelle Saint-André, située dans la partie sud-est du village, se signale par son petit clocher-mur et son portail à chapiteaux sculptés. Selon la tradition, elle devrait son origine, comme la chapelle Saint-Martin, à saint Eldrade, fondateur du monastère qui a laissé son nom au village du Monêtier.
Le décor peint associe les thèmes du Jugement Dernier et de la Jérusalem céleste : les élus accueillis par saint Pierre se pressent pour pénétrer dans la Cité de Dieu représentée comme une forteresse avec tours et créneaux, au-dessus de douves où nagent des canards.
Ces deux chapelles peuvent être visitées.
Retour haut de page