Le Monêtier-les-Bains >

Les Bains

Version mobile
English Italien

Les Bains

Des sources d'eau chaude réputées depuis toujours pour leurs propriétés curatives

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Égrenant ses hameaux le long de la Guisane, la commune du Monêtier-les-Bains s'étend entre les massifs des Cerces et du Parc national des Ecrins sur près de 13 000 hectares de glaciers, montagnes, vallons et prairies.
Le chef-lieu doit son nom de Monêtier au monastère qui y fut construit au 9e siècle par saint Eldrade, abbé de Novalaise en actuelle Italie. Le village s'appelle au Moyen Âge Le Monestier-de-Briançon.
En 1893, son nom change pour " Le Monêtier-les-Bains ", le conseil municipal voulant mettre l'accent sur le thermalisme autour de ses sources chaudes. Réputées depuis toujours pour leurs propriétés curatives, elles étaient nommées en latin aquis sanatio c'est-à-dire "la guérison par les eaux"... et elles ont donné leur nom à la rivière qui traverse le village, la Guisane.
Ces deux sources, celle de la Rotonde et celle de Font Chaude, sont issues d'une même origine, liée à la faille de la Durance.
Les eaux s'infiltrent à l'amont de la vallée puis descendent à grande profondeur où elles acquièrent leur minéralisation et leur température, qui peut varier entre 18 et 41°C. Elles remontent ensuite rapidement le long des failles.
Prises en boisson ou en bain, elles soignaient les embarras gastriques, les paralysies, les fractures, les rhumatismes, les arthrites, certaines maladies de la peau et favorisaient la cicatrisation...
La source de Font Chaude, au pied du village, était destinée uniquement aux bains. Un établissement thermal y fonctionna pendant plus de deux siècles, de 1715 à 1960.
L'autre source, captée en amont, servait essentiellement comme eau de bouche. La Rotonde, ou " pavillon des buveurs ", qui l'abrite, a été construite en 1715.
Le thermalisme avait par la suite connu un fort déclin. Aujourd'hui avec le centre thermo ludique des Grands-Bains,  la commune a renoué avec cette tradition.
Retour haut de page