Le Louvre : trésors >

Les Esclaves

Version mobile

Les Esclaves

Les Esclaves, oeuvre de Michel Ange

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Les esclaves de Michel-Ange, 2 statues de Marbre, réalisées entre 1513 et 1515, mais inachevées.
- Ce qui frappe d'abord c'est qu'il y a évidemment 2 statues, qui font à peu près 2m 2m50 de haut, en marbre. Et alors, ce qui est évident tout de suite c'est l'opposition entre les deux esclaves. Le premier est dit l'esclave mourrant qui en fait est représenté debout mais qui pourrait tout à fait avoir cette position couché. C'est une jeune éphèbe très gracieux qui se laisse aller dans une forme alanguie, on ne sent pas du tout la souffrance dans le fait qu'il soit mourrant. Il a l'air plutôt voluptueux et de prendre du plaisir plus qu'autre chose. On dirait plutôt qu'il se repose.
- Il a l'air complètement soumis et finalement se laisse prendre par ses chaînes.
- Il est adossé sur une ébauche de statue qui n'est pas complètement terminée et qui représente un singe.
- L'autre esclave est tout à fait à l'opposé, esclave extrêmement solide, costaud, très musclé, dans une position du corps extrêmement torturée. Celui-là on l'appelle l'esclave rebelle. Il est même entravé, on voit qu'il y a des liens qui maintiennent sa poitrine et son bras parce que l'autre bras n'a pas été sculpté encore
- Il y en a un qui est vieux, enfin vieux plus âgé que l'autre en tous les cas, qui a l'air de se débattre avec une force inouïe contre ses chaînes
- C'est une oeuvre inachevée. Ces 2 statues avaient été commandées pour le tombeau de Jules 2, le pape qui avait commandé la chapelle sixtine à Michel Ange.
- La question qui se pose c'est pourquoi ces statues n'ont-elles jamais été achevées ?
Ces statues sont destinées au tombeau du Pape Jules 2, un projet qui s'étiole pendant 40 années avec 4 versions différentes. Finalement, lors de la 4e proposition les statues ne sont plus de mise. C'est peut-être la raison de leur inachèvement. On ne peut cependant pas être catégorique sur cette raison car Michel-Ange est coutumier du fait.
Le " non finito " est une pratique récurrente chez l'artiste puisqu'on la retrouve dans son Moïse. Cela permet de mettre en valeur l'opposition entre la pierre brute et la douceur des corps représentés.
Sans la composition globale du tombeau, il est difficile de comprendre la représentation allégorique que figurent ces deux esclaves et la raison de leur opposition de style. On peut penser qu'ils représentent les arts soumis en esclavage par la mort du Pape, qui les aura protégé toute sa vie. Il peut également s'agir des provinces soumises. Difficile de conclure...
Retour haut de page