Le Louvre : trésors >

La liberté guidant le peuple

Version mobile

La liberté guidant le peuple

La liberté guidant le peuple, oeuvre de Delacroix

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
La liberté guidant le peuple, oeuvre de Delacroix, peint à Paris en 1830. Peinture sur toile, dimensions 3,25 m sur 2,60 m.- Je suis devant la liberté guidant le peuple, tableau qui doit fait à peu près 3 m sur 4. Ce qui est très frappant c'est cette palette bleu blanc rouge que l'on retrouve à peu près partout : dans le ciel, sur le costume des figurants,
- Et puis bien sûr les symboles, le bleu blanc rouge, Notre Dame aussi, et alors un petit détail intéressant sur la droite du tableau, le ciel qui est aussi en bleu blanc et rouge et ces trois couleurs qui sont reprises à de nombreux endroits dans le tableau.
- J'ai déjà vu la victoire représentée par une femme et je suis très heureuse et fière de voir que la liberté est aussi représentée par une femme, une femme en marche.
- La liberté qui est triomphante avec le drapeau bleu blanc rouge en main, les morts au bas de la barricade et puis entre les deux le personnage toujours en bleu blanc rouge, blessé qui fait le lien entre les deux mondes. On voit aussi à travers ce tableau l'unité de tout le peuple parisien qui a pris les armes au moment des trois glorieuses : l'ouvrier, le manufacturier en chapeau haut de forme, le paysan blessé dont j'ai parlé, on devine aussi dans la foule le chapeau bicorne d'un étudiant qu'on peut imaginer un peu plus aisé et symbolisant peut-être la bourgeoisie, toute la population, tout le peuple parisien autour de la liberté
- On retrouve Gavroche, Gavroche qu'on verra dans les Misérables de Victor Hugo, qu'on trouve au premier plan avec 2 pistolets dans les mains.
Les 3 glorieuses désignent l'insurrection populaire du 27, 28 et 29 juillet 1830 à Paris. Déclenchées par les lois liberticides de Charles X, elles conduisent à le renverser et à mettre à sa place Louis Philippe, duc d'Orléans.
Romantique exalté et épris de liberté, Delacroix écrit dans une lettre à son frère " J'ai entrepris un sujet moderne, une barricade, et si je n'ai pas vaincu pour la patrie, au moins peindrai-je pour elle. Cela m'a remis de belle humeur ".
La patrie lui en est reconnaissante puisque ce tableau sert à illustrer les billets de cent francs de 1978 à 1995, et une série de timbres .
Ce tableau poursuit la lignée des peintures historiques du 17e siècle et précède le Guernica de Picasso
Retour haut de page