Le Havre, impressionniste et fauve >

Le Havre, bassin du Roy, pont Notre-Dame

Version mobile
English Deutsch

Le Havre, bassin du Roy, pont Notre-Dame

Émile Othon Friesz, Le Havre, bassin du Roy, pont Notre-Dame, vers 1905/06 Le Havre, MuMa

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Sous les pinceaux d'Othon Friesz, nous pouvons saisir ce qui a séduit les artistes dans la ville du Havre, en particulier les Impressionnistes. Cette vue du quartier St François (aujourd'hui reconstruit) et du bassin du Roy, conjugue les séductions de l'eau avec celles d'une ville ancienne et pittoresque par ailleurs l'un des plus grands ports de France. Monet avait été fasciné par ce contraste ; Friesz, admirateur des Impressionnistes, le saisit à nouveau. C'est ainsi que l'architecture métallique du pont et du lampadaire répond au rythme des vieilles façades et des mâts dans le fond de la composition. Les teintes sourdes, grises et vertes, semblent plus proches d'une tradition de naturalisme que des audaces colorées de celui que l'on a surnommé " le Fauve baroque ". Car cet ami de Dufy et de Matisse, issu de l'Ecole des Beaux-Arts du Havre, est d'abord un amoureux de l'impressionnisme. Passé sa période fauve, il revient à un naturalisme peut-être plus traditionnel mais toujours sensible, témoignant des admirations de ses années de jeunesse. Friesz est néanmoins plus impressionniste dans l'âme, par son sens de l'atmosphère, ce ciel lourd de pluie. Les petites silhouettes des passants se tordent dans l'ombre déformée projetée sur le pavé luisant. Si les premiers plans semblent plutôt sombres, les lointains s'ouvrent dans une perspective à la lumière argentée.
Retour haut de page