Le Havre, impressionniste et fauve >

Le Bassin du commerce

Version mobile
English Deutsch

Le Bassin du commerce

Claude Monet, Le Bassin du commerce, 1874, musée de Liège

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
C'est l'année même de la première exposition impressionniste que Monet peint cette vue du bassin du Havre. C'est sous l'influence d'Eugène Boudin qu'il s'adonne dès la fin des années 1860 à la pratique du plein air, en particulier au Havre, où réside sa famille. Monet lui-même raconte : " Je peux dire que Boudin a été mon initiateur, qu'il m'a révélé à moi-même et ouvert la bonne voie. ... " Tantôt, je vais peindre à la campagne, me dit-il un jour. Venez avec moi. Il faut que vous peigniez. " Je l'accompagnai et devant moi il couvrit une toile. Ah ! Quelle révélation !... La lumière venait de jaillir ". En regard des autres marines exposées en 1874, en particulier la célèbre Impression, soleil levant, celle-ci paraît presque sage. Eugène Boudin donnera lui-même de ce bassin du commerce une vision bien plus impétueuse. Mais il faut resituer le tableau dans son temps pour en comprendre l'audace : la part laissée au ciel, au reflet, le décentrage de la composition sont inhabituels. De même, la touche est fragmentée en petits traits de couleur, pour restituer le reflet. Les tons de bleu dans les ombres créent eux aussi une rupture avec le paysage classique. Monet est alors accueilli comme le grand rénovateur du paysage, et le peintre de l'eau, mais aussi critiqué pour le caractère inachevé de ses peintures. Précisément ce qui nous semble si vivant, aujourd'hui.
Retour haut de page