Le Havre, impressionniste et fauve >

Etude de ciel sur le bassin de commerce du Havre

Version mobile
English Deutsch

Etude de ciel sur le bassin de commerce du Havre

Eugène Boudin, Etude de ciel sur le bassin de commerce du Havre, v. 1888-1895, Le Havre MuMa

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
" Vous êtes un séraphin. Il n'y a que vous qui connaissiez le ciel ". C'est ainsi que Gustave Courbet salue le peintre du Havre, particulièrement connu pour ses études de ciels et d'eau. Il est en effet le premier à faire cela : peindre des marines en évacuant tout élément historique, et même toute anecdote autre que le moment et le temps qu'il fait. Il est presque possible, en regardant ses marines, de restituer la saison, le sens du vent, l'heure du jour. C'est lui qui initie Claude Monet en le poussant à peindre en plein air. C'est d'ailleurs dans le port du Havre que ce dernier réalise le tableau mythique qui a donné son nom au mouvement : Impression, soleil levant. L'amitié d'Eugène Boudin avec la jeune génération impressionniste l'influence en retour : une touche furieuse semble parcourir le tableau. Il dessine à grands traits de blanc, de jaune et de rouge, les mouvements des nuages et leurs reflets dans l'eau. Seuls, quelques traits noirs verticaux indiquent les mâts des grands bateaux. Rien ne vient distinguer le motif de son reflet dans l'eau. Cette liberté de facture, laissant la toile apparente en certains endroits, révèle une évolution. Le peintre, qui expose avec les jeunes artistes lors de la première exposition impressionniste en 1874, sait tout des expériences de ces jeunes audacieux. Alors même qu'il leur a ouvert la voie, il recueille lui-même le fruit de ces recherches.
Retour haut de page