Laruns >

Le chant béarnais

Version mobile

Le chant béarnais

Chant béarnais d'hier et surtout d'aujourd'hui

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Le chant béarnais
Nous sommes à Laruns, près de la l'église, à l'entrée de la rue du Bourguet.
Imaginez cette place le 15 août au matin, vidée des voitures.
Une estrade trône au milieu du village désert.
-arrivée progressive de la musique-
Seuls les musiciens sont levés, vêtus d'une camisole noire et d'une chemise blanche. Ils parcourent le village en jouant une aubade pour réveiller les habitants. C'est le jour de la fête du village.
C'est le moment où on va être plus fier que d'habitude de notre village.
Jean-Luc Mongaugé, musicien, compositeur et interprète, habitant de Laruns.
On va se vêtir avec les costumes d'autrefois, les costumes ossalois à dominante rouge. Le costume de femme était le costume de mariée de l'époque qui remplaçait la robe blanche. On met ce costume-là, costume qui a un sens avec, souvent des soieries anciennes. On porte un peu tout ça.
Les hommes ont mis leur béret, une veste rouge, un pantalon noir qui s'arrête aux genoux et des chausses blanches.
Les femmes sont vêtues d'un jupon noir, d'un tablier blanc, un châle de soie jeté sur les épaules.
Ils sont plus d'une centaine et ils vont ainsi passer la journée à chanter, défiler et danser sur des rythmes pluri-centenaires.
On est dans une transmission directe, on a toujours eu des musiciens plus anciens qui nous ont enseigné. Et puis c'est très actuel parce que les gens aujourd'hui répondent à cette musique-là, à cette danse là. Alors d'où viennent-elle ? Vraisemblablement du Moyen-âge et du Haut Moyen-âge, pour ce qui concerne au moins les instruments.
C'est le cas du tambourin et de la flûte que vous entendez dans cette bransle. Les sauts sont d'origine plus ancienne encore. Uniquement dansés par les hommes, ils évoquent probablement des rites guerriers ou initiatiques.
Les chants, en béarnais, racontent l'histoire de cette vallée.
Ce sont des thèmes très agricoles, très paysans, où la vache et la brebis ont une grande place dans les chansons par exemple, dans un environnement montagnard avec des difficultés liées à la géographie. Ça transpire un peu tout ça, notre culture.
-musique avec voix seule pendant qq secondes-
Même si les troupeaux de brebis continuent à peupler la vallée d'Ossau, Jean-Luc Mongaugé a d'autres sources d'inspiration quand il écrit ses textes dans les années 2000. Des chansons qu'il compose indifféremment en français, en espagnol et en béarnais.
Forcément je suis sûrement inspiré d'ici, parce que je suis d'ici. C'est là que je vis. Après, je me sers de la langue béarnaise comme d'un véhicule d'expression. Mes idées qui sont multiples et variées, j'essaie de les exprimer dans cette langue-là.
Une langue dans laquelle les Béarnais aiment aussi chanter ensemble, en polyphonie. Dans un style très différent. Ecoutez plutôt.
Musique pour finir
Retour haut de page