Laon, ange ou démon >

La ruelle Abélard

Version mobile
English Néerlandais

La ruelle Abélard

Abélard était un théologien redouté en ce début du 12e siècle.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Abélard a sûrement emprunté cette étroite ruelle qui porte maintenant son nom.
Abélard était un philosophe pointu, un théologien redouté en ce début du 12e siècle. Et un musicien hors pair. Un crooner à la voix d'ange dont toutes les femmes enviaient les chants d'amour composés pour sa belle Héloïse.
Un soupçon de haine. Une pincée de vengeance et j'ai réussi à le faire déraper ton protégé. Quand il est à Laon, c'est avant l'histoire de ses malheurs. Il vient étudier la Bible chez le grand Anselme de Laon. Ton Abélard le critiquait, et faisait cours dans son dos. Le maître l'a chassé de l'école de Laon, l'une des plus prestigieuses de son temps. Abélard était un grand penseur. Il cherchait à concilier foi et raison.
C'était plutôt un prétentieux qui ne pensait qu'à sa carrière. Quand il s'est marié avec Héloïse, il craignait que ça nuise à son brillant avenir universitaire.
Ah! Comme il l'aimait son Héloïse, sa douce, sa belle et brillante élève, la nièce du chanoine chez qui il était en pension.
Ah, il est beau le professeur personnel qui séduit son élève, l'épouse et l'envoie accoucher loin de lui! L'oncle a vu rouge et a fait castrer le joli coeur. Couic.
Chacun d'entre eux rentre alors au couvent. Ils ne se retrouveront que dans la tombe. Mais toute leur vie ils échangent la plus amoureuse et galante des correspondances, les fameuses lettres d'Héloïse à d'Abélard.
Mièvreries que tout cela. Il ne reste pas longtemps au couvent lui.
Il reprendra vite la route pour dispenser son enseignement si peu catholique que le pape en personne le condamne.
La religion n'a pas toujours inspiré les meilleures actions... Le châtiment d'Abélard a ému tout le royaume.
Pfff. Quand on voit ceux qui le dirigent le royaume... Engageons-nous dans ce sombre tunnel qui nous emmène au Palais épiscopal ; histoire de nous rappeler les frasques d'un autre roi, encore à Laon.
Retour haut de page