Laon, ange ou démon >

La forêt de Samoussy

Version mobile
English Néerlandais

La forêt de Samoussy

De ce côté du Palais épiscopal on ne sait où poser les yeux.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
De ce côté du Palais épiscopal on ne sait où poser les yeux.
Regarde cette plaine Picarde qui défie l'horizon !
Tiens. Tu vois là bas au loin, sur la droite, cette zone feuillue. La Forêt de Samoussy. Oui. Elle abritait un palais carolingien au 8ème siècle. C'est là qu'est mort le frère de Charlemagne, avec qui il partageait le royaume. Et là aussi que Charlemagne est né. Voyons. Tu sais bien que les historiens passés et présents ont toujours tout ignoré de son lieu de naissance. Même la date est inconnue. C'est pour mieux cacher de vilains petits secrets mon enfant. Tu donnes dans la théorie du complot ? Ca ne me surprend pas.
Ecoute. Pour commencer, leur père, Pépin le Bref, avait chassé sa femme et ses 5 enfants pour se mettre en ménage avec Berthe au Grand Pied, la fille du Comte de Laon. Avant de le prendre pour légitime époux, elle accouchera d'un " bâtard " comme on disait : Charlemagne.
Et on aurait volontairement caché l'année précise de sa naissance pour lui garantir un héritage royal? Pour cacher qu'il était né hors mariage ? Elémentaire mon ange. A la mort de Pépin. Charlemagne aura comme son frère la moitié du royaume. Et quand ce dernier mourra - un peu aidé dit-on d'ailleurs - il fera main basse sur tout. Ses neveux n'auront rien !
Ca je ne le nie pas. Mais quand Charlemagne accède au trône personne ne conteste son droit.
C'est ce que je dis ! Il est héritier lé-gi-time. Sa date de naissance a été taboue durant toute sa vie. Un mystère qui sert aussi à masquer un secret bien plus inavouable : un péché inconfessable.
Et lequel s'il te plaît?
Des histoires " d'amour " toujours ! Mais je garde le plus croustillant pour un autre lieu que nous évoquerons tout à l'heure.
Pour le moment, allons sur notre droite vers la citadelle pour une autre histoire d'amour adultère entre un roi de France et sa maîtresse.

Retour haut de page