Laon, ange ou démon >

La cuve Saint Vincent

Version mobile
English Néerlandais

La cuve Saint Vincent

D'ici, la vue est imprenable sur la Cuve Saint Vincent, ce magnifique îlot de verdure entouré par la cité.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Gagnons maintenant le haut du rempart Guillaume de Harcigny par le parking, et dirigeons nous vers les 2 grands arbres au loin. D'ici, la vue est imprenable sur la Cuve Saint Vincent, ce magnifique îlot de verdure entouré par la cité. Jusqu'au 19ème siècle, ses coteaux étaient plantés de vignes. Elles en ont vu ces pentes des cultes païens et paillards pratiqués dès l'époque gallo-romaine. C'est sur le versant devant nous que la reine Brunehaut fera construire l'abbaye de Saint Vincent vers l'an 600. On distingue son toit là-bas, perdu dans les bois. Presque au sommet sur la gauche du coteau.
Parlons-en de Brunehaut.
Une jeune femme élégante, belle, honnête et distinguée, de moeurs sages et agréables. C'est le poète Grégoire de Tours qui le dit ! Une garce assoiffée de pouvoir oui. Qui ne valait guère mieux que sa belle soeur et rivale de toujours, Frédégonde ! Une autre sacrée peste dans son genre : elle assassine la soeur de Brunehaut, son mari et pour finir le sien, tout ça pour s'emparer du royaume voisin
Des années de lutte sans merci entre les 2 reines.
Ah, Brunehaut, que de crimes, tu as, toi, aussi, commis, pour conserver ton pouvoir : Séduire ton neveu / t'amouracher du frère de ton défunt mari/ Fomenter la guerre entre tes deux petits fils/ Manipuler enfin ton arrière petit fils ...
Cette vieille dame méritait-elle pour autant son châtiment final? Suppliciée durant trois jours à quelque 80 ans. Ah. Un grand moment ça encore! Abandonnée par son armée, elle est exhibée nue sur le dos d'un chameau avant d'être attachée par les cheveux, un bras et une jambe à la queue d'un cheval indompté. On brûlera les lambeaux de son corps. Reste son souvenir conservé dans le nom des routes qu'elle a construites pendant son règne: les fameuses chaussées Brunehaut. Mouais. Tu parles d'une famille en tous cas. A ce propos je ne t'ai pas encore tout dit des frasques de Charlemagne. Retrouvez-moi Porte d'Ardon. Que je vous raconte à qui l'empereur à la barbe fleurie contait fleurette.
Retour haut de page