Laon : vestiges du plateau >

Cathédrale des Templiers

Version mobile
English

Cathédrale des Templiers

On y découvre le gisant de Guillaume de Harcigny, qui date de la fin du 14ème siècle.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
" - Rappelez-nous qui sont les templiers...
- Un ordre religieux constitué de chevaliers issus des croisades dont la mission première était de protéger les pèlerins chrétiens à Jérusalem.
- Alors pourquoi une chapelle des templiers, à Laon ?
- Parce que, l'évêque de Laon est aux côtés du pape quand il fonde cet ordre religieux, Séduit par ce mouvement, il leur offre ce terrain pour construire une chapelle dès 1130.
- Pouvez-vous nous parler de son architecture ?
- Et bien, outre ses lignes typiques de l'art roman elle est construite suivant un plan qui reproduit la rotonde du st sépulcre à Jérusalem en forme octogonale.
Imaginez, 25 ans seulement après sa construction, on commence les travaux de la cathédrale. Les différences entre art roman et gothique sont ici flagrantes. "
La chapelle abrite plusieurs sculptures venant de la cathédrale. On y découvre aussi une pierre tombale célèbre. Le gisant de Guillaume de Harcigny, qui date de la fin du 14 ème siècle.
Moi, guillaume de Harcigny, né à Laon et médecin du roi Charles 6, je demande par ce testament qu'on sculpte mon tombeau à l'image de mon corps nu tel qu'il sera un an après ma mort.
Ce gisant qu'on appelle un Transi est l'un des tous premiers en France.
Le transi est le squelette qui symbolise la mort et montre la déchéance du corps et la vanité de l'existence terrestre.
On est en pleine guerre de 100 ans, la peste noire fait mourir un tiers de la population européenne, les épidémies dévastent le pays. A cette époque, la représentation de la mort dans l'art évolue. C'est la période du macabre qui se poursuit jusqu'au 17 ème siècle.
A notre droite sur la pelouse, les aigles datant de l'occupation allemande ont trouvé leur place devant le bâtiment du musée.
Il abrite la plus importante collection d'antiquités grecques après celle du Louvre.
Il offre aussi une place de choix à la célèbre peinture des frères Le Nain : " le concert "
Alors, ces frères Le Nain, n'ont jamais signé individuellement.
Ils sont trois frères : Antoine, louis et mathieu. Les historiens de l'art actuellement, les spécialistes, et bien cherchent à attribuer chaque tableau à tel ou tel des frères. Le tableau " le concert " est attribué à Mathieu.
Ils sont nés dans le Laonnois, et bien lorsqu'ils sont peintres, ils vont fréquemment représenter avec un très grand réalisme, un réalisme tout à fait particulier, hein, unique véritablement, les paysans.
La signature des frères Le Nain est célèbre dans l'histoire de l'art...
Alors c'est un des paradoxes des frères Le Nain. Ils ont été célèbres au 17 ème siècle, puisque par exemple, ils ont eu vers 1630 a faire un tableau sur commande des échevins de la ville de Paris, ce qui montre déjà leur notoriété, puis en 1648, ils ont été acceptés à l'Académie de sculpture et de peinture qui venait d'être créée, ils sont parmi les premiers en somme... Et bien soudainement, ils tombent dans l'inconnu. Ils perdent toute notoriété. On ne connaît plus les frères Le Nain, et cela jusqu'en 1850, où un écrivain, critique laonnois, Champfleury, qui est connu par Victor Hugo, qui fréquente Baudelaire, et bien les redécouvre, achète ces tableaux et les fait connaître à la population, enfin, à l'élite bien entendu. Depuis, depuis 1850, et bien les frères Le Nain sont de plus en plus célèbres dans le monde, et leurs tableaux bien sûr de plus en plus coûteux !
Claude Carême est historien laonnois, il a organisé plusieurs expositions au musée.
Sur la façade de droite vous reconnaîtrez les noms des frères Le Nain et de Champfleury aux cotés d'autres artistes laonnois. Attention les dates restent incertaines, par exemple les frères le Nain sont nés entre 1597 et 1607
Retour haut de page