Canal de Brest à Nantes - de Landévennec à Châteauneuf-du-Faou >

Châteauneuf du Faou

Version mobile

Châteauneuf du Faou

Châteauneuf-du-Faou. Pays " Men Glaz ", pays de l'ardoise : La pierre bleue des Montagnes Noires.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Châteauneuf-du-Faou. Pays " Men Glaz ", pays de l'ardoise :
La pierre bleue des Montagnes Noires.
Passé le Pont du Roy, l'Aurore s'arrête à l'heure du déjeuner.
Une fois, tu sautes la pause du repas, le cheval résiste. Deux fois, et il meurt... 
Quand ils peuvent, les " gens de l'eau " aiment s'arrêter à Châteauneuf-du-Faou, ce vieux carrefour de voies romaines. De la forteresse d'autrefois, il ne reste que quelques murs, mais ce creux de vallée garde un " je ne sais quoi " de particulier. Une foule de légendes habitent les futaies.
Va donc chercher de l'eau de saint Jean-Baptiste, on ne sait jamais...
La chapelle des Portes, juste achevée, brille sur la butte... Pierrick et Ann, sur le chemin du port, croisent des dizaines de charrettes. Le pays, si pauvre autrefois, a bien changé depuis l'ouverture du canal ! La petite fille s'engouffre dans un tunnel et annonce :
Voilà la source !

Pierrick dégringole à sa suite jusqu'à la fontaine sous-terraine. La statue de l'ermite garde les lieux.
Lave-toi les yeux... Pendant que je prends de l'eau.
Patron des rivières, des sources et des ruisseaux, saint Jean-Baptiste protège le canal des pollutions. Depuis le Moyen Age, on le vénère à Châteauneuf-du-Faou et l'on fait grand cas de son eau, réputée " guérir des yeux, tous les maux ".
Quand les enfants repartent, un homme les interpelle, en français :
Ne bougez pas !  Je voudrais faire votre portrait...
Anne répond en usant du galleg appris à l'école :
Nous devons repartir !
Juste un instant, je fais un croquis ! Je vous donnerai des bâtons de réglisse !
Le peintre s'appelle Paul Sérusier. C'est un ami de Gauguin. Il " croque " des scènes de rue à tour de bras et... offre à l'église des peintures si originales que la paroisse hésite à les accepter.
Les enfants attendent un moment, empochent les friandises et dégringolent vers le chaland.
La jument est à nouveau attelée. Depuis le halage, Pierrick remarque que les murs et les bancs, les maisons, les escaliers et les clôtures, scintillent drôlement. Il demande à Ann :
Tout brille ici, c'est quoi ?
Men Glaz ! L'ardoise ! La pierre aux mille reflets...
L'Aulne a creusé son lit dans la roche la plus tendre. Evitant les poches de granite, elle a tracé sa voie dans l'argile d'antan. De Châteaulin à Châteauneuf et jusqu'à Carhaix les cantonniers, du canal ont trouvé des veines de schiste.
Un trésor pour les riverains... Les paysans se sont faits carriers.
Couverts de poussière bleue, ils sont des centaines, dans le pays, à vivre de la pierre. En 1877, on comptait 120 sites exploités dans le seul Finistère, une cinquantaine en 1895.
Aujourd'hui, les allées que dévalaient les wagonnets sont redevenues silencieuses. Les puits appartiennent aujourd'hui aux chauves-souris, qui raffolent de ces cavités où elles hivernent sans être dérangées. Quant aux sous-bois couverts d'écailles d'ardoises, les orchidées sauvages et les fougères y poussent désormais.
Commentaires
Retour haut de page