Canal de Brest à Nantes - de Landévennec à Châteauneuf-du-Faou >

Châteaulin

Version mobile

Châteaulin

Châteaulin, écluse N°236.Sur les écailles dorées des saumons, remonter le courant

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Châteaulin, écluse N°236.
Sur les écailles dorées des saumons, remonter le courant
En quelques heures, le sable est déchargé et l'animation ralentit dans le port. Les marins et les mariniers se retrouvent dans les 17 tavernes des quais de Port Launay. Pierrick part à la recherche du chaland sur lequel il va continuer le voyage.
Kenavo et bonne chance !
Son sac sur l'épaule, le mousse rejoint l'Aurore, le bateau de Marthe et Yann.
Bienvenue à bord petit cousin ! Ce n'est pas grand chez nous ! Tu t'installeras dans le pic avant, comme le mousse qui nous avait aidés pour la naissance d'Ann, il y a douze ans. Je te la présenterai demain, vous allez bien vous entendre, tu verras !
Quand le garçon se réveille le lendemain matin, le chaland glisse sans bruit sur le canal. Il fait encore nuit. La jument, menée par la petite fille, hale le bateau vers Châteaulin. Yann explique :
Nous sommes partis plus tôt que d'habitude parce que c'est jeudi, jour de marché... Dès que les marchands ont installé leurs étals, plus moyen de passer...
Le jour pointe juste quand l'Aurore se présente à l'écluse de Kastellin, le " bastion de Nin ". Le vieux pont habité, à demi emporté quelques années auparavant par une crue, a été reconstruit.
Sur les quais, les charrettes et les voitures se battent déjà pour les meilleures places. Le chaland s'engage dans la porte de l'écluse quand Pierrick aperçoit un éclair dans la chute. Puis un second. Marthe s'exclame :
- Un saumon !
Un instant plus tard, le corps doré d'un poisson saute par-dessus la cascade. Nerveux, racé, il semble voler au-dessus des eaux.
Soucieux de conserver ces " seigneurs " dans leurs eaux, les riverains du halage se sont supprimés peu à peu revenus organisés pour installer des échelles à poissons... Les saumons sont toujours nombreux dans l'aulne. Le nez collé à la vitre, des enfants de l'âge de Pierrick viennent aujourd'hui les regarder passer, depuis la salle de l'observatoire, sous l'écluse.
Il y a quelques années, les gens de Châteaulin n'en pouvaient plus de manger du saumon... Les fermiers devaient promettre aux journaliers de ne pas en servir plus de trois fois par semaine ! Ils continuent à remonter la rivière.
Ils vont loin ?
Ils retournent là où ils sont nés... Puis ils meurent.
Pourquoi partir, alors ?
Pour voir du pays, pardi ! Comme toi !
Se frayant un passage parmi les étals, l'équipage traverse le bourg.
A bientôt les Pen Eog !
Kenavo les " têtes de saumon " !
Retour haut de page