Circuit de Landerneau sur la route des enclos paroissiaux >

Trémaouézan

Version mobile
English

Trémaouézan

Trémaouézan possédait deux fontaines guérisseuses qui attirèrent de nombreux pèlerins au fil des siècles.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
L'abbé Mével a rédigé en 1924 un livre intitulé Paroisse de Trémaouézan . Ces écrits nous servent de guide.
Suivant une tradition, Trémaouézan aurait jadis appartenu aux Moines Rouges, c'est-à-dire les templiers ; et aux héritiers de leurs biens, les hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem. Ce qui semble donner raison à cette tradition, c'est l'existence très ancienne ici au culte de Saint-jean , le saint patron des templiers.
Aujourd'hui, l'église du 16 e et 17 e siècle est dédiée à la Vierge.
? votre droite, la chapelle Saint Jean-Baptiste
Trémaouézan possédait deux fontaines guérisseuses qui attirèrent de nombreux pèlerins au fil des siècles. Un miracle serait à l'origine de la chapelle.
Au cours d'un pèlerinage, une jeune fille aveugle se rendait à Trémaouézan pour guérir. Lors d'une station de prière au milieu des marais, elle recouvra la vue et la première chose qu'elle vit fut le clocher de Trémaouézan . Comme elle était fille de noble, sa famille fit bâtir cette chapelle en remerciement.
Ce bâtiment date de 1597 et mêle le style gothique et Renaissance.
? gauche, le porche Sud
Écoutons ce qu'écrit l'abbé Mével
Commencée en 1610 et achevée en 1623, la construction du porche dura 13 ans. Nous ne savons pas ce qui fit traîner les choses, mais ce porche en kersanton est une des plus belles oeuvres Renaissance de la région qui n'a d'égal que son élégance et le fini de son travail.
? l'intérieur, les apôtres - à l'exception de Saint Pierre - sont tous l'oeuvre de Roland Doré, architecte et sculpteur du roi Louis 13, vous vous souvenez ?
Regardez la façade de l'église. Vous voyez la galerie avec les balustrades ?
Elle communiquait autrefois avec la chambre de fabrique.
Et lorsque la foule était trop nombreuse lors des pèlerinages, le curé prononçait son homélie de là-haut !
Misère ! La foudre est tombée sur notre beau clocher !
En 1702, la flèche en s'écroulant ouvre une grande brèche dans la toiture. Le vent s'engouffre alors et commet d'immenses dégâts.
Mais les paroissiens ne se découragent pas pour autant. Ils font construire le clocher actuel et en profitent pour doubler le nombre de cloches !
Retournez-vous. Vous passez devant le calvaire et ses 7 statues, et avancez vers l'ossuaire du 16 ème siècle
L'abbé Mével écrit :
C'est un ossuaire gothique de forme rectangulaire, avec pignon muni de crossettes et animaux symboliques au bas des rampants : lion, chien, loup et dragon.
Vous voyez les 2 anges autour de la porte ? Ils tiennent des banderoles. L'une est en breton et l'autre en français. Elles veulent dire
Prie Dieu pour le trépassé
De Dieu et du monde maudit est Qui ne dit le bien ou ne se tait
Retour haut de page