Circuit de Landerneau sur la route des enclos paroissiaux >

Tréflévénez

Version mobile
English

Tréflévénez

Regardez le clocher. Vous avez vu ? Les cloches sont apparentes.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Les croisés ont peut-être un lien avec l'histoire de Tréflévénez .
Le père Job An Irien aux allures de capitaine Haddock et responsable du centre spirituel bretonnant du diocèse nous le précise :
" Tréflévénez le mot signifie village de la joie, et correspond pratiquement au Montjoie des Croisés. Il est à peu près certain que la première chapelle ait été érigée par quelqu'un qui a été aux croisades. En tout cas, nous avons au-dessus d'une porte la date de 1289, ceci correspondrait bien... L'église a été plusieurs fois remaniée. De la première chapelle, il ne reste que les arcades intérieures. Par contre, au 16 e siècle, on va rajouter un chevet Beaumanoir et au 17 e siècle, on va élargir l'église en ajoutant deux ailes avec des voûtes en berceau. Le clocher lui-même va être réalisé au 17 e siècle pour remplacer un petit clocher qui se trouvait au milieu de l'église. "
Regardez le clocher. Vous avez vu ? Les cloches sont apparentes.
C'est pour cela que l'on appelle ce type clocher : clocher à jour !
La restauration de l'église de Tréflévénez vient de s'achever après 15 années de travaux.
Le Père Job An Irien se souvient de ce long chantier qui a dévoilé quelques belles surprises :
" Il fallait obligatoirement restaurer l'église parce que la voûte du côté Sud menaçait de s'effondrer. C'est ce qui a amené à regarder de près toute l'église, et à démonter les retables de façon à faire une restauration complète. Et c'est en démontant le retable Sud que l'on a trouvé une peinture murale qui représente un Christ en croix et qui date de 1696. C'est ensuite que l'on a découvert d'autres peintures qui datent du 18 e , du début du 18 e . La restauration a consisté à refaire pratiquement toute une partie de la charpente, à consolider les murs, puis ensuite à refaire toutes les peintures qui ont été faites à l'ancienne. "
Les peintures intérieures ont été confiées à des artistes roumains.
Lionel Panaït , décorateur et restaurateur, a peint les lambris du plafond selon une technique aussi ancienne qu'oubliée : celle de la peinture à l'oeuf. Elle offre une très belle qualité de rendu de surface et une grande résistance dans le temps.
5000 oeufs ont été cassés pour effectuer ce travail minutieux. Belle omelette, non?
Valentin Scarlatescu , plasticien et restaurateur, a peint le chemin de croix. Il revient sur l'esprit de son travail où il fallait intégrer dans une structure ancienne, une création contemporaine :
" Cela est réalisé par le contraste vif entre les couleurs primaires et rouge, ocre, noir et blanc et par l'état de surface recherchée à être imparfait. Certains tableaux contiennent des usures faites exprès afin de donner l'impression d'une oeuvre déjà usée par le temps. "
Pénétrez dans cette église toute blanche. Vous serez à la fois saisi et apaisé par le travail magnifique des artistes. Et ensuite, flânez dans le village avec ses ruelles et ses habitations pimpantes. Charme et intimité garantis !
Mais avant de quitter les lieux, cherchez les croix de Croisés qui sont sculptées sur les murs extérieurs et intérieurs de l'église.
Retour haut de page