Circuit de Landerneau sur la route des enclos paroissiaux >

La Martyre

Version mobile
English

La Martyre

Elle accueille alors une foire de renommée internationale qui couvre 27 hectares tout autour de l'enclos !

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
C'est le plus ancien des enclos paroissiaux de Bretagne. Sa construction s'est étalée du 11 e au 17 e siècle.
Le temps remonte à la Renaissance. La Martyre accueille alors une foire de renommée internationale qui couvre 27 hectares tout autour de l'enclos !
Un badaud et sa femme s'extasient
Lui : Tous ce bruit, cette foule, ça m'enivre !
Elle : Moi aussi, mais Dieu que c'est beau à voir toutes ces toiles, cette orfèvrerie, ces animaux, et toute cette nourriture avec ces épices. Ah, cette sacrée Bretagne !
Lui : C'est vrai que c'est une belle province tournée vers la mer. Faut dire que les Bretons, c'est un peuple de navigants !
Elle : Oh, pas tous, loin de là ! Y en a qui ont jamais bougé et qu'ont même pas vu la mer !
Lui : Peut-être bien, mais j'ai appris tantôt que 80 % des bateaux qui ont fréquenté le port d'Anvers en l'an 1533 et 1534, et bien, ils étaient bretons !
Elle : Et comment tu sais tout ça, toi ?
Lui : Oh t'as vu, y a un garde qui surveille du haut de la porte de l'enclos !
Face à vous, la porte triomphale du 16 e siècle
De style gothique flamboyant avec ces 3 arcades, elle est surmontée d'un calvaire et d'un chemin de ronde qui permettait la surveillance pendant la foire.
Tournez-vous et placez-vous entre le porche Sud de l'église et l'ossuaire. Regardez l'ossuaire de style Renaissance
Imaginez ce bâtiment de 1619 paré à l 'époque de nombreuses couleurs. Toutes ont leur symbolique : le vert représente la passion, le bleu la fidélité, le rouge la magnificence, le jaune l'hostilité et le noir la puissance !
Regardez l'angle à gauche
Vous voyez la cariatide aux bandelettes de taille presque humaine ?
Est-ce elle, la martyre des lieux ?
Non, mais Pierre Quelennec , le maire de la commune évoque le martyr de la Martyre :
" Il faut remonter pour avoir l'explication au 9 e siècle, à la mort de Nominoé , un roi fort aimé des Bretons. C'est son fils Erispoé qui devient roi, mais comme c'est souvent le cas, des rivalités font jour et Salomon, le neveu de Nominoé , cherche lui aussi à prendre le pouvoir et il finit par assassiner Erispoé . Quelque temps plus tard, les partisans d' Erispoé poursuivent à son tour Salomon, le rattrapent à la Martyre et le martyrise et l'assassine. "
D'autres lieux en Bretagne revendiquent le martyre de Salomon !
? droite, le porche Sud de style gothique
Un peu penché non ? C'est un affaissement naturel qui apporte au monument cette inclinaison.
Vous voyez au sommet du porche, la Nativité avec la vierge couchée ?
? l'origine, Marie allaitait Jésus, mais elle a été probablement mutilée à l'initiative du clergé !
Admirez la sacristie du 17 e siècle et pénétrez dans l'église du 15 e . Le baptistère, la chaire, les retables et les vitraux sont magnifiques ainsi que de singulières colonnes dont nous parle le maire :
" Vous vous trouvez maintenant près du choeur et vous pouvez observer cette zone qui est entourée de colonnes en kersanton . Elles sont toutes différentes les unes des autres. Elles ont des diamètres différents. Elles ont des hauteurs d'embase différentes. Or, on sait très bien que les sculpteurs de l'époque étaient capables de les réaliser de manière parfaitement identique. Si elles sont différentes, c'est qu'il y a certainement une raison. Alors, on peut imaginer que les moines qui se trouvaient disposés tout autour frappaient à tour de rôle les colonnes et qu'il s'en dégageait une véritable musique. Il s'agirait donc, on peut l'imaginer en tout cas, d'un lithopone. "
Dans le porche Sud, une surprise macabre vous attend : le squelette du messager de la mort - l' Ankou - qui emporte une tête d'humain sous son bras
Retour haut de page