La Grave >

Eglise Notre-Dame-de-l'Assomption

Version mobile
English Italien

Eglise Notre-Dame-de-l'Assomption

L'église qui domine le village de La Grave est classée Monument Historique depuis 1959

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
L'église Notre-Dame-de-l'Assomption, qui domine le village de La Grave, est classée Monument Historique depuis 1959. Elle est de style roman-lombard, comme beaucoup des édifices médiévaux de cette région. Elle portait au Moyen Âge le nom de Notre-Dame-des-Basses-Arènes. Cette appellation rappelle l'étymologie du nom du village : grave est un mot celte qui signifie gravier (référence au gravier accumulé par la Romanche), traduit par les Romains en latin arena : le sable...
Edifiée à partir du 11e siècle, l'église fut ensuite remaniée au 15e siècle, subit les destructions des guerres de religion, puis fut rebâtie en 1606.
Les deux portails s'inspirent de formes médiévales avec leur tracé en plein cintre et leurs voussures. La nef a été restaurée en 1856 et une voûte en tuf, pierre locale, solide mais légère et facile à tailler, a alors remplacé le plafond qui la couvrait. Dans l'abside, des colonnettes aux chapiteaux à feuillage et une ligne de modillons animés de masques d'animaux prennent place sous la retombée des arcades. L'étroitesse des baies accentue l'empreinte romane de l'édifice.
Cette église forme avec la chapelle des Pénitents, la cure et le cimetière un ensemble remarquable qui se détache sur la splendide toile de fond des glaciers de la Meije.
Dans ce cimetière, ni caveaux imposants, ni statues. La modestie des tombes renvoient à l'humilité et à la précarité des conditions de vie en haute montagne. La forme particulière des simples croix de bois sur lesquelles se retrouvent également un cercle et un triangle retient l'attention. Parmi de nombreuses hypothèses, la plus simple semble la plus probable : la croix du Fils, le cercle de l'unicité de Dieu et le triangle de la Trinité.
Les noms des défunts sont inscrits sur des coeurs émaillés. Au bout de trente ans, lorsque l'emplacement est réutilisé, leurs coeurs, rassemblés sur un panneau, gardent la mémoire des anciens.
Retour haut de page