La Grande Motte >

Le Port, la Capitainerie

Version mobile
English

Le Port, la Capitainerie

Un port de plaisance qui raconte l'histoire de la Grande Motte, puisqu'il fut l'un des plus gros chantiers dans la construction de la station...

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Le port
Il a été creusé en 1966 sur des terres agricoles.
Un an de chantier titanesque avec d'énormes dragues pour pomper le sable... comme le raconte René Vétillart, l'ingénieur d'arrondissement des Ponts et Chaussées, à qui l'on doit la construction du Port de la Grande Motte et de presque tous ceux du littoral languedocien :
" Le port, ce qu'on peut dire, c'est que le fait d'avoir à draguer parce que le terrain s'y prêtait, nous a obligé à faire, à mettre en place, tous les quais à sec, et à un moment donné, on a vu se dessiner sur le sol, tout le port avec toutes les têtes de quais, et on était obligé de faire les ouvrages en mer pour faire entrer la drague...donc, vous voyez, là, c'est très particulier, on a fait les quais avant de creuser, et on a fait les ouvrages en mer avant de creuser, un peu à l'envers si vous voulez..."
Un projet pharaonique et le premier grand chantier de creusement d'un port pour l'ancien ingénieur...
" C'est le 1er enfant, parce que j'ai en charge aussi le Cap d'Agde, Port Camargue, Carnon, Palavas, etc...mais pour moi, la Grande Motte, c'est un peu le fleuron "
Tout le sable dragué dans le port servira, avec celui du Ponant, à rehausser le niveau de la station...
Après un an de travaux, le port est inauguré le 22 juillet 1967. Il est, depuis, la pièce centrale autour de laquelle la Grande Motte s'est développée.
Au bout du quai, avec une vue panoramique sur le port de plaisance, se dresse la capitainerie. Inauguré en 1970, le bâtiment a été construit selon les 3 principales fonctions d'une capitainerie. Paul Gineste, architecte de l'équipe de Jean Balladur, a participé à sa conception.
" 3 fonctions, 3 éléments de volumes. Le premier, un étage sur rez-de-chaussée, le capitaine en haut, des trous importants latéralement, un trou important devant. Donc la nécessité de contrôle, l'oeil , comme je l'ai appelé, c'est la partie béton au ras de l'eau, mais vraiment au ras de l'eau...on peut aller du premier étage à un bateau sans se mouiller le pied si j'ose dire... Après, c'est des bureaux. Pour pas faire n'importe quoi, on s'est rappelé que le bois était historiquement un matériau de la marine à n'en plus pouvoir, on a donc construit des structures porteuses uniquement, en bois lamellé collé...voilà pour la deuxième partie correspondant à la deuxième fonction...la troisième étant l'accueil alors c'est le bâtiment le plus près de la terre, il s'ouvre sur l'esplanade, il accueille qui voudra, il a de magnifiques rampes, sculptées presque, et une passerelle qui dessert le 1er étage qui est l'étage de la détente...de la détente y compris pour manger, pour prendre l'apéro, le resto, point. "
La structure en bois lamellé collé dont parle Paul Gineste, avec sa succession de petites arcades, vous rappellera peut-être la coque d'un navire échoué, ou aussi le squelette d'une baleine... Une fois encore, l'imagination se charge d'accompagner le travail de l'architecte !
Retour haut de page