La Grande Motte >

Le Point Zéro

Version mobile
English

Le Point Zéro

C'est le point de départ du projet urbain de la Grande Motte, du plan de la ville organisé par Jean Balladur.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Le Point Zéro
Il a été construit en 1967 à la demande des aménageurs, après le creusement du port.
C'est le point de départ de la ville. L'idée de Jean Balladur était d'en faire un bâtiment bien visible dans une station en pleine construction.

Il a été conçu pour abriter à la fois les services administratifs, la gendarmerie, la poste, ainsi que des commerces et des services de plages pour les premiers estivants, dans l'attente de construction de la ville...
L'emplacement du Point Zéro n'a pas été choisi au hasard. Le bâtiment que l'on appelle aussi bâtiment poisson est construit en forme de parabole ouverte sur la mer. Il s'appuie sur la dune originelle, la fameuse Grande Motte, ainsi nommée par les marins qui s'en servaient pour se repérer. C'est donc cette dune qui a donné son nom à la ville...
Paul Gineste est l'architecte qui a participé à la réalisation du point Zéro...
" Lou moutas en languedocien...c'est la motte, la dune...8 mètres 33 au dessus du zéro de la mer...je sais pas si vous voyez l'éminence! Heureusement qu'on a fait le Point Zéro! Et on l'a fait en hommage...Y avait sur place une éminence, ça s'appelle comme ça, dans tous les sens du mot, qui était la patronne...c'était une déesse locale cette dune...c'est la maîtresse du lieu, elle avait donné son nom au lieu...alors on est allé voir la grande dune, et on lui a dit, si on te fait un petit à côté...on prend tes paraboles de base...à partir de là, on a joué sur des paraboles tangentes, des paraboles sur d'autres directions et ça a donné, non seulement le plan mais aussi en vertical, ce qui fait que le point zéro a été construit comme un poème. "
Non loin de ce poème architectural fait de paraboles, et de plis de béton, vous pouvez deviner, en bord de mer, les sculptures de Joséphine Chevry...
Aujourd'hui ensevelies dans le sable, ces oeuvres avaient pour but d'aménager la plage en paysage sculpté afin de conforter et fixer les dunes...en y posant des éléments en béton préfabriqué...
" Pour moi, c'était ma première page d'écriture...quand on est à la petite école, on fait des bâtons, et on fait des jambages pour faire les M, vous savez, les M, les i , les U, tout ça...et bien c'est ça...bâtons, jambages, et le O, le rond. Donc je suis partie de ce mini alphabet et j'ai travaillé uniquement là-dessus...Avant d'implanter, j'ai sculpté les dunes au caterpillar, alors j'ai appris à conduire le caterpillar qui avait une lame de 4 mètres, pour re-sculpter les dunes qui étaient un peu grignotées de tout bord, c'était un peu n'importe quoi, et une fois qu'on a re-sculpté les trois grosses dunes, sur plan, on a implanté les éléments avec les rythmes des bâtons, des jambages, on a créé des situations comme ça,
Joséphine Chevry a voulu faire de ses sculptures, des animations pour les baigneurs, qui pouvaient ainsi se protéger du vent, se mettre à l'abri du soleil, ou chercher un endroit un peu intime pour s'installer en famille, ou en amoureux.
Retour haut de page