La Grande Motte >

La place des Anciens d'Indochine

Version mobile
English

La place des Anciens d'Indochine

Les sculptures à la Grande Motte ne sont pas qu'esthétiques ! Elles sont aussi utiles.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
La place des Anciens d'Indochine
Elle n'a pas toujours porté ce nom. Elle est signée Michèle Goalard, sculpteur de l'équipe originelle de Jean Balladur, auprès de qui elle travaillera près de 30 ans...Fin 73, l'architecte lui demande de réaliser les sculptures et les sols de cette grande place ovale qu'il nomme la Place de l'Homme...Michèle Goalard s'inspire alors de cette symbolique pour créer un dallage bien particulier...deux silhouettes qui s'imbriquent, l'une noire, l'autre blanche.
Une métaphore philosophique. Le symbole d'une dualité, du dialogue entre les différences, entre le noir et le blanc. Une vision de la complémentarité entre l'homme et la femme, le Levant et le Couchant...
De part et d'autre de la place, se dressent deux sculptures en béton de basalte gris bleu...Ce sont des fontaines douches qui ont longtemps servi à ceux qui rentraient de la plage et qui pouvaient s'y rincer...
Des sculptures accessibles aux habitants et vacanciers...voilà tout l'intérêt de ce que l'on appelle la sculpture intégrée...des oeuvres totalement fondues dans le paysage urbain... Jean Balladur y attachait beaucoup d'importance :
" Des sculptures à valeur d'usage...nous n'avons jamais fait une oeuvre, ici, pour la mettre sur un socle, ou qui soit une oeuvre personnelle, qui n'ait pas de sens par rapport à la ville. Toute l'équipe qui a travaillé là, créait une oeuvre pour le lieu, et en même temps donner son sens au lieu "...
C'est dans ce même esprit que Michèle Goalard a réalisé la place du Cosmos, située un peu plus loin...
" Cette place du Cosmos, elle est rigolote parce que Jean m'avait dit " tu sais, il se peut qu'un maire un peu plus conciliant... et que comme cette route vient tout droit... ils aient l'idée d'en faire une avenue à bagnoles qui aille desservir tous les parkings des conques." Alors il m'avait dit " fais moi un truc inamovible." Alors je lui ai dit, si tu veux je fais un jardin cosmique...donc j'ai fait la Terre au milieu...pourquoi ai-je fait ces gradins? parce que je suis partie du principe que d'abord il fallait traverser cette boule, mais qu'ensuite l'homme intervient sur la Terre et fait du rectiligne, donc j'ai fait cet escalier, voilà. J'avais fait un petit cadran solaire et puis dès que cette boule a été faite, j'ai vu arriver des bandes de gamins qui ont investi mon cadran solaire et qui en ont fait un toboggan...j'ai dit, ben, c'est ça la vie...et c'est resté un toboggan... "
Des oeuvres devenues jeux d'enfants, sur une place qui permet des respirations entre les immeubles, et une circulation douce et facile entre le quartier des campings et la plage...
Comme des ailes déployées, deux immeubles entourent la place des Anciens d'Indochine ou... place de l'homme. Ils ont été dessinés par Jean Balladur lui-même. Sur les façades, il a voulu rendre hommage aux sculptures de l'île de Délos en Grèce où des lions à la bouche grande ouverte accueillent les visiteurs... Ici, l'intérêt de ces éléments architecturaux n'est pas qu'esthétique... il est aussi utile... ces bouches ouvertes cachent la vue sur les balcons du voisin d'â côté !
Retour haut de page