La Grande Motte >

L'église Saint-Augustin

Version mobile
English

L'église Saint-Augustin

Son architecture est si originale qu'on ne devine pas tout de suite qu'elle abrite un lieu de culte. Un édifice atypique dessiné par Jean Balladur, et chargé de symboles.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
L'église Saint-Augustin
C'est ce bâtiment, là ? A gauche de l'hôtel de ville? Caché sous les arbres ?
Décidément on n'est pas au bout de nos surprises quand il s'agit d'architecture ici. Ce bâtiment ne ressemble vraiment pas à une église !
C'est bien l'Eglise Saint Augustin. Construite en 1975. Son architecture, est, comme tout ce qui a été dessiné par Jean Balladur, très originale et chargée de symboles.
Ecoutons le parler de son oeuvre : [Citation Balladur] " L'église s'affirme par le signe de la parabole qui ouvre ses branches jusqu'à l'infini, pour mieux accueillir dans son foyer tous les destins parallèles des hommes qu'elle embrasse... Les courbes s'enlacent et s'élèvent vers le ciel dans l'ovale d'un visage où se tient la voix de la cloche. "
Jean Balladur a laissée bien visible la cloche. Elle a été offerte à la Grande Motte par l'archevêché. Elle était installée dans la chapelle des pénitents à Montagnac et porte la date de 1603, avec une inscription, " Mon ton appelle ton peuple ".
Lorsque vous pénétrerez à l'intérieur de l'église vous remarquerez peut-être l'une de ses particularités: sa porte d'entrée est située face à la mer.
L'intérieur de l'édifice est tout aussi original. Les sièges, en bois clair, également dessinés par Jean Balladur, sont disposés en cercle, tournés vers l'autel. Celui-ci est l'oeuvre du sculpteur Jean-Jacques Bris, et représente le grain de blé mis en terre qui germe pour donner au centuple. Cet autel renferme également les reliques de deux martyres, et le testament de Christian de Cherge, prieur de Tibhirine en Algérie, assassiné avec six autres frères moines en 1996.
Dans cette église, la lumière est très particulière, diffusée par trois immenses vitraux. En 1995, Jacques Loire, maître verrier à Chartres a tenu compte des spécificités de l'église, et de la Ville. On l'écoute.
Ici, c'est plus une population de gens en vacances qui n'ont pas forcément besoin d'être dans un milieu monacal, étant en vacances où il y a beaucoup de soleil, beaucoup de divertissements de toutes sortes, partout, j'ai souhaité une atmosphère un peu plus sereine, calme, de façon à ce qu'il y ait un contraste entre la vie active et la vie contemplative, c'est un bien grand mot, mais d'intériorité que l'on peut trouver en rentrant dans la chapelle je l'espère.
Les deux vitraux de part et d'autre du choeur évoquent la mer et le rayonnement de Saint Augustin. Au fond de l'Eglise, le vitrail du choeur évoque le rayonnement de la lumière du Christ qui descend pour nous éclairer.
Ce dernier vitrail n'est pas un vitrail traditionnel et a posé quelques problèmes au maître verrier lors de sa réalisation. Ce tableau de verre a la particularité de s'ouvrir et donc de se morceler, pour donner accès au patio...
Et oui... pour faire face à l'afflux de fidèles supplémentaires, Jean Balladur imagine une " église d'été ".
A la Grande Motte, la messe se fait à l'extérieur pendant la saison estivale !
L'architecte offre ainsi à ceux qui assistent aux offices le plus beau des édifices qui soit... la voute des pins parasols !
Retour haut de page