Balade dans le quartier de la Défense >

L'esplanade

Version mobile
Espagnol English Deutsch Japonais

L'esplanade

Ses origines remontent à Louis XIV lorsqu'en 1670, Le Nôtre prolonge le jardin des Tuileries d'une allée plantée d'ormes..

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes sur la place Basse de l'Esplanade
Devant vous l'Arc de Triomphe, et derrière, l'Arche de la Défense, deux jalons majeurs du prestigieux axe historique de Paris.
Ses origines remontent à Louis XIV lorsqu'en 1670, Le Nôtre prolonge le jardin des Tuileries d'une allée plantée d'ormes..
Au fil des siècles, l'axe va se développer. En 1763 ce sera la place de la Concorde alors place Louis XV, puis l'avenue des Champs-Élysées et l'Arc de Triomphe en 1806.
La grande arche de La Défense, fenêtre ouverte sur le monde pose un nouveau jalon sur l'axe historique sans en fermer définitivement la perspective.
Le tout premier immeuble construit en 1963 est celui de la compagnie pétrolière Esso.
" La Défense était un chantier immense, illimité. On venait avec ses bottes. Quand on venait en voiture, on risquait de s'embourber. On voyait l'immeuble au loin, surtout le soir, c'était très agréable avec les lumières qui dessinaient le mot Esso. C'était plus facile, on pouvait se perdre dans la journée mais le soir, on ne se perdait pas. "

L'immeuble a été démoli en 1993 pour être remplacé par l'ensemble Coeur Défense, avec 190 000 m? de bureaux, le plus grand ensemble tertiaire construit à ce jour.
Conçu en 1964, le premier plan d'aménagement prévoyait la construction d'une vingtaine d'immeubles de 30 000 m2. Ces tours étaient de taille identique : 120 mètres de haut 42 de long et 24 de large. Vous en voyez un parfait exemple avec la tour AIG.
Pour répondre aux demandes croissantes des entreprises, le programme de La Défense est doublé au début des années 70 . Avec 1 600 000 m? à construire, le plan d'aménagement autorise les tours de très grande hauteur avoisinant les 200 mètres. En 1972, l'apparition dans la perspective des Champs Elysées de la tour Gan, crée la polémique.
A l'époque, Jean Millier était Président directeur général de l'Epad. Il se souvient de cette polémique :
" Depuis la rue de Rivoli, on voyait que quelque chose se profilait à l'horizon et que des tours étaient vues de Paris. Et ça, ça a été considéré comme quelque chose de sacrilège. Un sacrilège à l'axe historique. "
Le président Georges Pompidou apporte une réponse claire :
" ... il faut y aller ! Il faut y aller ! Fallait-il faire un énorme quartier à La Défense ? Je ne le sais pas mais à partir du moment où on l'a conçu, et à partir du moment où on a commencé à le construire, il faut terminer. Il faut donc avancer. "
Les tours de la deuxième génération peuvent donc voir le jour. Elles sont réclamées par les grandes entreprises comme Gan et UAP dont vous apercevez les tours à gauche du pont de Neuilly.
Découvrons maintenant la vigne de La Défense.
Retour haut de page