La basilique de l'Epine >

La mise au tombeau

Version mobile
English Deutsch

La mise au tombeau

Une mise au tombeau saisissante, la plus ancienne de la région champenoise !

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
La mise au tombeau
Notre-Dame de L'Épine comporte un déambulatoire. Ce couloir de circulation permet aux pèlerins de faire le tour de l'édifice sans passer par le choeur réservé au clergé.
Faisons comme eux ! Empruntons le déambulatoire qui ouvre sur plusieurs chapelles dédiées à différents saints. Dans ces chapelles, vous découvrirez des autels de style Renaissance à la gloire de Sainte Madeleine, Saint Nicolas, Saint Claude ou encore Saint Jacques.
Ne manquez pas la chapelle 4. A l'intérieur, un groupe sculpté. Savez-vous ce qu'il représente?... Vous pourrez l'observer en éclairant cette sculpture avec l'interrupteur situé derrière l'aile de l'ange à gauche. Ecoutons Jean-Baptiste Renault
Ce groupe sculpté représente la mise au tombeau du Christ. Il vient d'un couvent franciscain de Châlons, le couvent des Cordeliers, et a été transporté ici lors de la Révolution française. C'est sans doute la plus ancienne mise au tombeau de Champagne conservée en intégralité. Elle daterait des années 1470.
Représenter le moment de l'ensevelissement de Jésus permettait d'offrir aux fidèles un arrêt sur image permettant la méditation. Les fidèles de la fin du Moyen Âge, époque très marquée par les épidémies, les guerres, la mort, ont eu une dévotion soutenue pour la Passion du Christ. C'est pour cela que nous retrouvons des scènes de la Passion sur les portails de l'église.
Un peu plus grands que nature, les personnages de cette mise au tombeau représentent les derniers fidèles du Christ. Tous l'entourent pour l'ensevelir avant sa sépulture.
Á la tête de la dépouille de Jésus, se tient Joseph d'Arimathie. C'est lui qui demanda à Ponce Pilate l'autorisation d'emporter le corps du Christ. Face à lui, Nicodème, l'un des premiers disciples du fils de Dieu.
Derrière eux, la Vierge Marie est soutenue par l'apôtre Jean. Ces deux figures sont sculptées dans un même bloc de calcaire.
Ensuite vient le groupe des saintes Femmes. Elles sont 3 : Marie Salomé, Marie Jacobé et Marie-Madeleine, reconnaissable à sa longue chevelure ondulée qui tombe sur ses épaules. Elles portent des pots de parfum utiles à l'embaumement.
Deux anges tiennent les instruments de la Passion : la croix, les clous, le fouet et la colonne où Jésus a été flagellé.
Le Christ, enfin. Il porte sur son corps toutes les souffrances de la Passion, et le sang de ses plaies est représenté en relief.
Tous les visages sont marqués par une grande tristesse, et versent des larmes. Paradoxalement, cette scène dégage une paix, une sérénité. Le recueillement d'un deuil après un spectacle insoutenable.
Retour haut de page