Canal de Brest à Nantes - de Hilvern à Josselin >

Timadeuc

Version mobile

Timadeuc

Ecluse 50 : Aux portes de l'abbaye de Timadeuc Les moines de l'eau qui court...

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Ecluse 50 : Aux portes de l'abbaye de Timadeuc
Les moines de l'eau qui court...
Quelques années avant que l'Aurore passe par ici, en 1841, trois moines partent à pied de Normandie où se trouve leur communauté. Ils viennent, seuls, s'installer dans le manoir de Timadeuc, sur le bord du canal juste creusé. Les religieux souhaitent y créer un nouveau foyer Bénédictin, entre l'abbaye de Bon Repos et celles du pays Vannetais.
Au fronton du manoir en ruines, ils trouvent une devise : " Espoir en Dieu ". La formule les accompagne alors qu'ils retroussent leurs manches et se mettent à l'ouvrage. Construire. Prier. Travailler :
De nuit, ils " veillent " sur le monde. " Vigiles ", ils chantent dans l'obscurité.
De jour, ils méditent et communient... tout en gagnant leur pain.
Une vie recluse, organisée autour de la lecture divine, du labeur et de la réconciliation.
Quand l'équipage du chaland fait halte aux barrières de Timadeuc , ce matin de printemps 1895, la communauté est bien installée. Une église a été bâtie... En partie grâce aux pierres de l'ancien château de Rohan, offertes aux Cisterciens, comme le manoir, donné aux frères par une fidèle.
Et la ferme des moines " fait exemple " dans le pays.  Yann ordonne :
Pierrick ! File à l'abbaye porter ce colis. Ann, occupes-toi de la jument !
Aussitôt, le mousse grimpe l'allée. Arrivé à la porte, il donne de la cloche et attend. Il connaît bien les monastères bénédictins. Dans son pays, il va souvent avec son père travailler dans les bois de l'abbaye de Landévennec, là où l'Aulne et le canal se jettent en Rade de Brest. Le moine portier interroge :
Bonjour mon garçon, que viens-tu faire ici ?
Je vous apporte un coli pour le frère Yves, de la part de sa soeur...
Il est bien chanceux, Yves ! Entre donc.
La porte se ferme sur le mousse. Le religieux lance :
Va le trouver à l'église... Tu en profiteras pour dire un Pater ou deux, ça ne te fera pas de mal !
Dans la cours, les fondations d'une nouvelle église sont en place. Pierrick contourne le chantier et rejoint le choeur, où frère Yves répète à l'orgue...
Sa voix emplit les voûtes. Pierrick s'agenouille.
Que fais-tu là ?
Je vous porte un paquet de votre soeur !
Au retour, le garçon s'attarde. La " ferme modèle " des religieux tourne à plein. Les moines s'inspirent des traités d'agriculture écrits depuis l'antiquité. Ils amendent les sols, inventent ou importent de nouveaux outils... Leurs récoltes semblent mirifiques aux paysans du pays.
Emporte des pommes... Et porte notre bénédiction à tes maîtres, petit !
Aujourd'hui, une communauté trappiste demeure à Timadeuc. Elle continue de vivre, de prier et d'accueillir les fidèles, tout en fabricant fromages et pâtes de fruits.
Délices terrestres, nourritures célestes... et file l'Oust dans les reflets du canal.
Retour haut de page