Canal de Brest à Nantes - de Hilvern à Josselin >

Rohan

Version mobile

Rohan

Roc'han, cité du " petit rocher " " Roi ne puis, Rohan suis ! "

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Roc'han, cité du " petit rocher " 
" Roi ne puis, Rohan suis ! "
Alors que L'Aurore aborde le bourg de Rohan, Yann ordonne :
Ann et Pierrig, ralentissez ! Vous voyez le quai ? Nous déchargerons les ardoises avant le Pont-Sur-Oust où nous prendrons du blé...
Le chaland glisse bientôt sous le magasin à blé des frères Renault. Le grain coule dans les cales. L'aîné des 2 marchands, Gabriel, explique :
La ville a bien changé depuis qu'ils ont commencé le canal, en 1832. Mes grands-parents me racontaient... Avant que le port ne soit creusé, il y avait un prieuré, en bas, près de la chapelle de Bonne Encontre. Et l'Oust remplissait les douves du château.
Un château ?
Oui ! Le plus puissant de la région. Il n'en reste presque plus rien. Toutes les pierres sont parties à Timadeuc... Mais autrefois ! C'est sur le promontoire, là bas, Roc'Han, le " petit rocher ", que le cadet des " Porhoët " a construit sa forteresse. En 1100, je crois. Il était tellement content de lui... Qu'ensuite, il ne se faisait plus appeler autrement qu'Alain de Rohan.
Les Rohan ? Les mêmes qu'à Pontivy ?
Et à Josselin aussi ! Mais c'est même d'ici que vient leur nom !
Le frère de Gabriel renchérit :
" Roi ne puis, prince ne daigne, Rohan suis ! " c'était leur devise...
Une fois le grain chargé, L'Aurore s'amarre au port, devant l'écluse que le chaland franchira le lendemain matin.
Le quartier de la minoterie, aujourd'hui assoupi, est alors en effervescence. Plusieurs bateaux de Nantes, venus avec du sable de Loire, du " noir animal " et du Muscadet, attendent leur lot de blé et de bois pour repartir avec le courant descendant.
A bord, les mariniers mènent joyeuse vie. Les barriques, en secret, sont percées et des pichets Muscadet soutirés... remplacés par de l'eau de la fontaine. Le vin sera un peu dilué, qui s'en apercevra ?
La nuit passe vite et le matin, des dizaines de charrettes s'affairent sur les quais. L'éclusière discute avec Marthe :
Il faut 85 voitures pour charger un chaland... Tu te rends compte ?
Sûr que ça fait du trafic !
On ne s'en plaint pas ! La plupart des gars sont honnêtes, le canal donne du travail au pays, et personne n'est avare de coups de mains. Il y a plus malheureux que nous...
Yann se concentre sur la manoeuvre. L'écluse de Rohan, construite dans un virage, n'est pas facile à prendre. La manoeuvre réussit et le chaland s'apprête à quitter le port quand l'éclusière interpelle l'équipage :
Mon frère est moine à Timadeuc, quand vous passerez par là, vous voudrez bien lui donner ce paquet ?
Bien sûr !
J'ai mis une bouteille de cidre avec, ça vous changera du " Cornouaille " !
Kenavo. Nous serons de retour avant la " Foue " de la Saint Jean !
Le port s'éloigne dans le sillage. Sur le halage, Ann et Pierrick grignotent des bourgeons de silène.
Retour haut de page