Canal de Brest à Nantes - de Hilvern à Josselin >

Josselin

Version mobile

Josselin

Josselin : forte et industrieuse. Du haut de ses tours, l'histoire suit son cours.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
La jument marche lentement. Pierrick rêve en marchant. Ses pensées flottent sur le canal... et rejoignent les légendes entendues la veille. Un château, caché sous la peau du monde !
Soudain, des tours crénelées apparaissent dans le reflet des arbres. Le garçon se fige. Yann l'encourage :
Quelle mouche te pique, mignon ? La jument attend... Avance au moins jusqu'au quai de Josselin !

Pierrick lève les yeux et croit rêver : le château aux trois tours s'élève devant lui... en vrai !
Quand l'Aurore s'amarre au quai de Josselin, les tours et le logis sont aux mains des architectes... Fondée huit siècles auparavant, la citadelle est devenue le carrefour des richesses de la contrée. Place forte des maîtres du pays, elle fut l'enjeu de plusieurs batailles. Plusieurs fois détruite, elle fut chaque fois reconstruite. Et avec elle, la cité artisane protégée par ses murs.
En 1895, les quais de Josselin sont bondés. Des marchands descendent de la citadelle vers les chalands, tandis que de l'autre côté du pont, à Sainte-Croix, tanneurs, lavandières, cordiers et drappiers sont à l'ouvrage.
Ann et Pierrick se glissent par la porte poterne - " Le trou au Chat ". Impressionnés par la foule, ils quittent la rue de la Capitainerie et se faufilent dans une venelle.
La ville médiévale ressemble à un labyrinthe de maisons, d'ateliers et d'auberges entre lesquelles louvoient des ruisseaux. Ici, un lavoir. Là, une fontaine... Une ville de l'eau !
De part et d'autre de la rue principale, les maisons à pans de bois se poussent du coude. Les enfants arrivent bientôt à la basilique dont on refait le clocher. Un mendiant susurre :
Entrez donc... Allez saluer la Vierge guérisseuse !
Pierrick et Ann hésitent.

Allez ! Pensez aux pèlerins qui viennent de si loin pour prier Notre-Dame du Roncier. Ne pas la saluer, alors que vous en êtes si près, ce serait pécher...
Les enfants poussent les portes de bois. Sous les voûtes, brillent vitraux et trésors... Mais de Vierge-au-Roncier, pas l'ombre ! Seul un fragment de la piéta fut arraché aux flammes de la Révolution par une paroissienne. C'est donc cette minuscule relique que l'on vénère depuis. Le mendiant raconte :
Un gars a trouvé la statue dans un buisson qui ne fanait jamais. Il l'a ramenée chez lui pour l'honorer comme il se doit. Le lendemain, elle avait disparu ! Elle était retournée dans ses ronces... Le manège recommença plusieurs fois jusqu'à ce que le gars comprenne et la laisse dans ses buissons. Pour ne pas qu'elle ait froid, il lui a construit une cabane en bois.
La cabane devient un oratoire, où affluent les pèlerins. Puis l'oratoire est remplacé par une chapelle... Sa renommée enfle. L'un des fils de Guethénoc, Goscelin, établit sa forteresse sur les lieux du miracle : Castel Goscelin. Ainsi naquit Josselin... L'histoire et les marchands firent le reste.
Retour haut de page