L'art pictural des églises de l'Indre >

Roussines

Version mobile
English
Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail

Observer les fresques de cette église peut provoquer des émotions fortes

Luxure, envie, colère, orgueil... Saurez-vous citer la liste complète des sept péchés capitaux ? A Roussines, ils ornent la voûte de l'église Saint-Sulpice. C'est l'occasion de faire le point sur les symboles chrétiens en admirant de superbes peintures... Une leçon toute en couleurs !

En général, sur la liste des sept péchés capitaux, on n'arrive jamais à les retrouver tous. La gourmandise, la luxure, la paresse, et ensuite ? A Roussines, dans une église romane du 12ème siècle, les vices font la ronde sur la voûte de Saint-Sulpice.
Les yeux levés, observer cette ronde de vices tourne la tête. La faute aux péchés ou à la tête renversée ?
L'occasion de réviser la liste complète, et de décrypter la symbolique du moyen âge. Si l'on déduit aisément que l'homme tenant un gigot et un gobelet de vin doit représenter le péché de gourmandise, on reste sans voix devant la représentation d'un paysan juché sur un âne. Heureusement, notre guide nous éclaire. La paresse est un vice associé à une classe sociale : ici, les paysans. Si le paysan ne travaille pas, il ne pourra pas nourrir sa famille ni son seigneur. Au moyen âge, ne pas travailler quand on est paysan est donc une faute doublement répréhensible ! Mais se complaire dans l'orgueil lorsqu'on est noble est un vice aussi tentant que condamnable... A chaque classe son péché ! Cherchez bien le noble... Un indice : sa monture, aussi, a l'air fière... Quand vous entrerez dans l'église, laissez-vous prendre au jeu des devinettes. Entrez dans la ronde des vices et décryptez les symboles de nos petites et grandes faiblesses...

Insolite

Sur la voûte de l'église, il y a un moine sans animal... Il symbolise l'envie, vice caractéristique des ecclésiastiques. Mais pas seulement...

Le chiffre / La date

7 : l'orgueil, l'avarice, l'envie, la colère, la luxure, la gourmandise et la paresse.
Pénélope Puymirat


La couleur jaune pour l'envie, la chèvre ou le bouc pour la luxure, la furie d'un sanglier pour la colère... Je suis sortie de l'église avec un lot de symboles auxquels je n'avais jamais songé.

Version mobile
English
Retour haut de page

Photo de droite : Fresque dans l'église Saint Sulpice de Roussine