Hyères les Palmiers : découverte entre terre et mer >

Place St-Paul

Version mobile
English

Place St-Paul

Le massif qui le domine est celui des Maures.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes sur la place Saint-Paul, devant la table d'orientation.
Admirez le panorama.
Au loin, à gauche, la pointe qui s'avance dans la mer. On y aperçoit des bâtiments. C'est le fort de Brégançon.
L'une des résidences du président de la République.
Le massif qui le domine et que l'on voit aussi se terminer, à notre droite, avec la colline de Costebelle , est celui des Maures. Contrairement à ce que l'on pourrait croire, le nom ne vient pas de l'occupation sarrasine, au 9ème siècle, mais d'un mot provençal qui désigne un bois sombre.
Cette bande de 60 kilomètres sur 30 est surtout peuplée de chênes et de châtaigniers, mais on y rencontre aussi le mimosa, une espèce importée d'Australie. C'est un joyau naturel dans lequel il fait bon se promener.
Plus près de nous, la partie médiévale de Hyères, avec son réseau très serré de ruelles.
Juste en dessous de nous le toit d'un vieux lavoir.
Certaines familles viennent encore, le matin, laver leur linge ici
Maintenant tournez le dos au panorama et faisons un petit tour d'horizon
Sur la colline, à notre droite, reconnaissable à ses formes cubiques, la Villa Noailles
François Carassan est adjoint à la culture. Il nous raconte l'histoire de ce bâtiment construit dans les années 1920-1930 et qui a valeur de manifeste :
" Nous avons un couple d'aristocrates fortunés, Charles et Marie-Laure de Noailles, qui ont reçu en cadeau de mariage un terrain sur la colline du Château. Et ce terrain vient de la mère de Marie-Laure de Noailles. Alors, ils ont le terrain et ils se sont dit : ?on va construire une maison moderne, à l'avant-garde de ce qui se fait de plus fort et de plus significatif dans l'époque. Et on va chercher un architecte qui sera le plus représentatif.? Et voilà l'aventure qui part. La construction a lieu. Ils ont trouvé un jeune architecte qui n'a fait à l'époque que des décors de cinéma. L'architecte , c'est Robert Mallet-Stevens . Et puis, tout va aller très vite. On va avoir ce geste cubiste, ce geste moderniste, une architecture dépouillée, des façades nues, des arêtes verticales, des plans orthogonaux, un jeu de cubes, n'est-ce pas, qui va comme ça faire face à l'archipel des Îles d'or et qui va réellement marquer les esprits. (58'') "
Si la villa Noailles marque les esprits, c'est aussi que les artistes les plus en vue,
y séjournent.
Parmi les invités prestigieux qui ont séjourné à la Villa, il faut parler bien sûr des surréalistes. Man Ray. Et Luis Bunuel , qui a écrit en partie sur place le scénario de l'Age d'or.
Plus tard, après la guerre, d'autres prendront le relais : le musicien, Francis Poulenc, le sculpteur Giacometti ou encore Jean Cocteau...
Aujourd'hui, les activités de la villa Noailles tournent essentiellement autour de l'architecture, de la photographie, du design et de la mode... Chaque année au printemps s'y tient un Festival international des arts de la mode.
L'objectif est aussi de développer le principe de résidence pour faire de la Villa Noailles une soeur de la Villa Médicis, à Rome.
Sur la place, face à nous légèrement sur la droite, reconnaissable à son toit conique en ardoise : la maison Peniscola .
Ce bâtiment renaissance se trouve sur le chemin des pèlerins de Compostelle. La preuve, en regardant bien....entre le porche et la fenêtre du dessus, il y a une coquille Saint-Jacques.
Observez aussi la voûte bleue, toute étoilée, sous le porche. Elle a été réalisée il y a quelques années pour commémorer l'arrivée de Saint-Louis à Hyères, au milieu du 13ème siècle.
En face de nous, l'escalier monumental conduit à la collégiale Saint-Paul. Sa construction débute au 12ème siècle et elle renferme la plus grande collection d'ex-voto de la région, avec plus de 400 pièces, datant pour certaines du début 17ème.
Tout en écoutant le commentaire, faites quelques pas sur votre gauche, en direction de la grande croix.
Une croix offerte en 1820 par les compagnons du tour de France, vraisemblablement des maîtres ferronniers. Ils allaient de ville en ville et apprenaient leur métier, tout en développant une philosophie basée sur l'entraide et le sens du devoir.
Ca y est ? Vous êtes près de la croix ? Alors, regardez un peu sur la droite, en haut de la colline.
Il s'agit du Castel Sainte Claire. Cette demeure est bâtie dans un style néo-romain au milieu du 19ème siècle par Olivier Voutier , le découvreur de la Venus de Milo. Elle est ensuite habitée par l'écrivain américain Edith Warton .
Aujourd'hui occupé par l'administration du Parc national de Port-Cros, le Castel Sainte Claire conserve de magnifiques jardins botaniques.
Visitez-les. Ca vaut le détour.
Retour haut de page