Hyères les Palmiers : découverte entre terre et mer >

L'Almanarre

Version mobile
English

L'Almanarre

La plage de l'Almanarre se poursuit en direction de Giens.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Devant nous, la plage de l' Almanarre , longue de 6 kilomètres, est le lieu de rendez-vous des véliplanchistes et autres surfeurs venus du monde entier.
Et ici, les champions, on les fabrique à la chaîne... Tenez, Nathalie Lelièvre , 8 titres en coupe du monde ! Et puis, il y a Erik Thiémé et Pascal Boulanger.
Deux habitués des podiums mondiaux qui ont créé ensemble une école de planche à voile à l' Almanarre . Un " spot " dont ils sont à l'origine dans les années 70.
Aujourd'hui, plusieurs écoles de planche et de kite se côtoient sur le plan d'eau
Thiémé : A l'époque, ici, personne ne venait naviguer. Et on s'est mis à venir ici avec trois, quatre copains. On a commencé à organiser des rendez-vous entre nous. Il est arrivé de plus en plus de monde. Au fur et à mesure, le spot a grossi jusqu'à ce qu'il est devenu ces dernières années, c'est-à-dire un spot de coupe du monde.
Boulanger : C'est un spot facile, parce que c'est un vent qui vient de mer ou de terre, mais c'est une grande baie qui est sécurisante pour la pratique de la planche à voile. C'est un spot qui est vraiment facile, pour apprendre et pour se faire plaisir.
Thiémé : On peut avoir des conditions de vent très fort, comme on peut avoir des conditions de mer très plate. On a vraiment l'opportunité d'avoir tous les types de plan d'eau qu'on pourrait désirer, à part, je dirais, les grosses grosses vagues, comme à Hawaï. C'est le seul truc qui pourrait nous manquer ici.
Aujourd'hui, la planche à voile traditionnelle se voit concurrencée par le kite-surf .
Vous savez, ce surf qui se fait tracter par un cerf-volan , d'ailleurs, le champion du monde Charles Deleau s'entraîne et vit ici.
La plage de l' Almanarre se poursuit en direction de Giens. Elle forme l'un des deux cordons de terre qui relient cette presqu'île au continent.
A gauche, légèrement à l'intérieur des terres, le Mont des oiseaux, une colline qui doit son nom à une étrange affaire de sorcellerie.
Sur cette colline habitait jadis une sorcière. Cette femme n'était apparemment pas la seule à posséder des dons surnaturels.
Jugez plutôt : lorsque sa servante, de sa douce voix, commençait à chanter, tous les oiseaux y allaient de leur gazouillis. Une vraie symphonie. ! Seulement voilà. Un beau jour, la sorcière donne sa servante au diable en échange de l'immortalité. C'est alors que le concert s'arrête subitement. Depuis, sur la colline, plus un seul oiseau ne chante...
Sur le mont des oiseaux se situe la source de San Salvadour ,
C'est la Soeur candide, qui fait reconnaître les vertus médicinales de la source. Elle obtient même une licence d'exploitation pour bâtir un hôtel qui accueillera les visiteurs fortunés. Et au tournant du 20 ème siècle Hyères devient officiellement " station climatique et hydrominérale "
Plus près de nous encore, le long de la route, le site archéologique d' Olbia que nous vous invitons à visiter, l'entrée est à 2 pas
Olbia : la bienheureuse, en grec...
Une cité bâtie par les Grecs, qui, 2 siècles auparavant, au 6 ème siècle avant Jésus Christ, avaient fondé Marseille.
Tout le long de la côte, ils créent des postes fortifiés. Certains deviendront des villes, comme Nikaia (Nice) ou Antipolis (Antibes). En ce qui concerne Olbia , son positionnement est stratégique. L'objectif : sécuriser l'espace maritime et assurer le commerce. Mais la tâche est difficile, car les rivages sont en proie à une piraterie sans pitié. C'est donc à cinq kilomètres d'ici, sur les hauteurs beaucoup moins accessibles à l'ennemi, que se construira plus tard la ville de Hyères.
Au temps des grecs, un chenal d'une centaine de mètres conduit jusqu'à l'entrée de la ville, devant nous, sur la droite, derrière la maison avec son toit couvert de tuiles. Le port, lui, s'avance dans la mer. Dans notre dos, quelques blocs de pierre apparaissent à la surface de l'eau. Il s'agit des restes d'une jetée.
Au milieu du premier siècle après Jésus Christ, au terme de combats militaires, les Romains prennent la place des Grecs à Olbia . Ils développent la culture de l'olivier et de la vigne.
Peut-être les prémisses de notre AOC Côtes de Provence...
Faites quelques pas sur votre gauche et regardez en contre-bas . Ce sont les vestiges de thermes romains.
Les fouilles archéologiques, entreprises dès le 19 ème siècle, ont permis d'en savoir plus sur la troisième vie d' Olbia : celle de la période médiévale.
Sur ce site antique, des frères cisterciens ont, au 8 ème siècle, bâti une abbaye baptisée Saint-Pierre de L' Almanarre .
Pour découvrir les différents vestiges, accessibles à certains moments de l'année, reprenez sur votre droite sur une soixante de mètres, traversez la route, puis montez à gauche dans une petite ruelle, juste avant le parking.
Et puis, avant d'aller vous baigner, offrez-vous un plongeon... au coeur de l'histoire. Nous vous invitons à partir à la découverte de la vieille ville, où vous apprendrez pourquoi, on parle de Hyères les palmiers .
Retour haut de page