Canal de Brest à Nantes - de Saint-Nicolas des Eaux à Hennebont >

Inzinzac- Lochrist

Version mobile

Inzinzac- Lochrist

Forges d'Inzinzac :Les " usines à fer " les plus modernes de l'Ouest

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Forges d'Inzinzac'h :
Les " usines à fer " les plus modernes de l'Ouest
Le soleil du soir couvre la rivière d'or au moment où L'Aurore franchit l'écluse du Rudet. En aval du port et de la fabrique vers laquelle montent les deux dernières péniches de la journée, le chaland de Yann et Marthe se prépare à négocier la difficile courbe de la " Chaise du Diable ". Yann interroge l'éclusière :
Comment est l'eau en ce moment ?
Vous devriez vous en sortir en vous freinant sur les bittes d'amarrages...
Pas besoin de louer un cheval en plus, alors ?
Tout le monde est passé comme ça aujourd'hui... Mais fais comme tu veux !
Il faudra se tenir prêts les enfants !
L'eau s'engouffre à pleine vitesse dans la gorge, entre la falaise de " la Chaise du Diable " et les roches blanches du Craninen. Tirant de toutes leurs forces sur les " bouts ", Pierrick, Ann et Marthe réussissent à retenir le chaland, avec l'aide de la jument, attelée à rebours.
Une fois la mauvaise passe franchie, ils s'arrêtent pour la nuit. C'est donc à l'heure de l'embauche, le lendemain matin, que l'équipage se présente au " barrage " de Lochrist.
La vallée est complètement métamorphosée depuis l'inauguration des Forges, en 1860... De verte et paisible, elle est devenue noire de bruit et de fumée. Ses berges sont couvertes d'entrepôts et d'ateliers. Les quais résonnent des voix des mariniers nantais, anglais ou angevins, et des centaines de paires de sabots affluant vers le canal.
Les frères Trottier ont créé à Kerglaw une usine capable fournir en tôles les conserveries bretonnes. En face des anciens moulins de l'Abbaye La Joye, sur une fine bande de terrain plat, au pied de la colline, trois fours ont été installés.
Aménagé autour d'un barrage, le Blavet est utilisé pour actionner les machines et fournir du courant aux installations... Dès 1868, la première imprimerie sur métaux de France est construite sur le site, qui ne cesse de s'étendre. Quelques années plus tard, des fourneaux plus modernes remplacent les premiers.
En 1895, quand l'Aurore passe l'écluse du Grand Barrage, 1400 ouvriers travaillent déjà dans ce qui est devenu le plus moderne et l'un des principaux centres métallurgiques de Bretagne. Les " Forges d'Hennebont ", comme on les appelle souvent, sont connues jusqu'à Paris, où elles ont été récompensées par la médaille d'or de l'Exposition Universelle, en 1878.
Autour des fours Martin, qui recyclent les métaux des arsenaux du grand ouest, d'autres usines ont vu le jour :
Une unité de production d'acide sulfurique fournit désormais les Forges
Une fabrique d'engrais réemploie les déchets de coulée...
Et un contremaître vosgien a même eu l'idée de lancer sa distillerie de Kirsh à Lochrist ! A la saison des fruits, les paysans viennent y vendre des charrettes remplies de cerises sauvages.
Les effluves d'alcool se mêlent aux odeurs de fer et l'Aurore appareille dans le tintamarre des laminoirs.
Retour haut de page