Guise, le familistère >

1er mai, fête du travail

Version mobile

1er mai, fête du travail

Les origines de la fête du travail ne sont pas celles que l'on croit

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Ah le mois de mai, son défilé ... de jours feriés.
Ça c'est pour le premier mai
Ben bien sur, c'est ce que je dis, jour férié :
Oui certainement, le muguet aussi..., mais c'est quand même la fête du travail .
Ah , ... ; ok ok ok, vous voulez parler de :
Oui, mais c'est un peu court pour une fête qui est devenue celle des luttes sociales
vous voulez dire....
Bon. On reprend à zéro
Donc.
1er mai
A l'origine, la fête du travail.
Et ce qui nous intéresse, c'est qu'on l'a inventée ici, à Guise. Au familistère Godin plus exactement.
Inventé, inventé, ils n'ont quand même pas " inventé " un jour du calendrier non ?
Bien sur, non. A Guise, on ne fête pas un jour " chômé " le 1er mai, on fête : le travail.
Bon, alors allez-y pour l'explication
Et bien, en 1867, pour la première fois dans le monde, on célèbre ici la fête du travail. A l'époque je vous rappelle que le monde ouvrier, la révolution industrielle, ce n'est pas Walt Disney. La réalité de l'époque c'est plutot Germinal et Zola, avec travail des enfants, misère ouvrière, bref : au travail, on n'est pas à la fête !
Mais à Guise, jean baptiste Godin, a décidé de faire du travail un outil de progrès qui permette à l'ouvrier d'accèder au confort , au " capital "... Normal donc, que l'industriel choisisse de fêter ... le travail. Et de le récompenser ! Il instaure donc la fête du travail, Au programme, banquet, bal, orchestre et distribution de récompenses aux ouvriers... tout ça... pour vanter les mérites du travail.
Rien à voir avec la lutte des ouvriers ?
Et bien il se trouve que par la suite, cette date de début mai est celle d'une manifestation des syndicats à Chicago. Ils réclament la journée de travail à 8h. L'issue est tragique. Plusieurs morts. Quelques années plus tard, même drame dans le Nord de la France à Fourmies. Le 1er mai s'impose vite comme une date de commémoration et de revendications sociales.
D'accord. Mais, si aujourd'hui vous interrogez sur le 1er mai, on vous répondra aussi : jour férié !
Et vous pourrez rajouter : instauré par Lenine en Russie et repris comme jour " chômé " par les autres pays.
Bon, aujourdhui, notre société a changé.
Les défilés de travailleurs subsistent, le calendrier a inscrit cette fête du travail.
A Guise, on a gardé l'esprit de fête populaire ; et la mémoire de ce temple du travail que voulait Godin, est un fabuleux tremplin pour l'imaginaire des artistes.
Avec les spectacles de rue, le feu de la forge se transforme en feu d'artifice, les sirènes d'usine deviennent concert...
le 1er mai, à Guise, c'est l'occasion d'un rendez-vous où le travail fait rêver...
Retour haut de page