Circuit du Léon sur la route des enclos paroissiaux >

Sizun

Version mobile
English

Sizun

Les paroissiens de Sizun sont fidèles aux traditions religieuses.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Écoutons Georges Provost, notre spécialiste des enclos.
Un enclos solennel. C'est peut-être l'impression que donne Sizun lorsque l'on y arrive et que l'on découvre les 3 arches monumentales qui donnent accès à l'enclos. On est dans les années 1580 en pleine Renaissance et les paroissiens veulent un arc de triomphe à la Romaine qu'ils vont surmonter quand même par un calvaire chrétien. Mais en même temps, cet enclos a beaucoup de fantaisie et de variété dans certains détails, par exemple les nombreuses sirènes que l'on voit ou la femme au corps de serpent qui accueille le visiteur et cette fantaisie on la retrouve aussi à l'extérieur du chevet dans l'extraordinaire frise animalière avec des masques qui suit les méandres du chevet.
? droite du porche, Le seul ossuaire à avoir les 12 apôtres sur ses murs.
? l'angle gauche du porche, vous voyez un homme avec des petits bâtons dans les mains ? C'est Saint Suliau ou Saint Suliac à qui l'église est dédiée. Écoutons son histoire.
Venu du Pays de Galles, Saint Suliau fixa son ermitage dans des marais où il avait semé du blé qui présageait une superbe moisson. Mais des bêtes féroces vinrent une nuit dévorer une partie de la récolte. Suliau plaça alors une ligne et des piquets autour du champ. La nuit suivante, les animaux revinrent. Mais dès qu'ils touchèrent la ligne ; ils furent tétanisés jusqu'à ce que Suliau leur ordonne de ne plus revenir. Voilà pourquoi ce Saint est représenté avec des petits piquets à la main.
Il est représenté plusieurs fois dans l'enclos. Amusez-vous à le chercher !
Approchez-vous du porche Sud
Il est de pur style gothique avec son arc orné de feuillages
Un chien et un chat sculptés dévalent de chaque côté, vous les voyez ?
Imaginez autour de vous une foule compacte, à l'heure du pardon.
C'est quoi le pardon exactement?
Les paroissiens de Sizun sont fidèles aux traditions religieuses. Ils se réunissent encore aujourd'hui en de grandes assemblées pour fêter Saint Suliau.
? cette occasion, les hommes en costume traditionnel portent solennellement le buste reliquaire en argent de Saint Suliau.
Puis après la fête religieuse, on se défoule en chantant le kan ha diskan !
Anne Charles, habitante de Sizun, évoque ce chant breton qui se danse aussi :
" Le Kan ha diskan , c'est une manière de chanter typiquement bretonne. Elle se chante à 2 ou 3 personnes. Et une personne commence le chant et à un certain moment, elle est doublée par la deuxième et la troisième personne. Et en général, on chante le kan ha diskan pour tasser la terre de l'aire à battre qui est renouvelée de temps en temps ou tasser la terre de la maison parce que le sol n'était pas toujours pavé. Ou encore lors des fêtes. "
Attardez-vous dans cet enclos plein de charme et admirez la sacristie carénée.
C'est-à-dire en forme de bateau retourné !
Visitez aussi l'intérieur de l'église avec son orgue, son choeur, sa chaire et ses retables baroques.
Retour haut de page