Circuit du Léon sur la route des enclos paroissiaux >

Locmélar

Version mobile
English

Locmélar

L'esprit de Saint Mélar, patron des lieux, s'évade du clocher pour rappeler son histoire.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Locmélar possède un enclos qui séduit d'emblée par son côté intime et familier .
La nuit quand le vent souffle, l'esprit de Saint Mélar, patron des lieux, s'évade du clocher pour rappeler son histoire.
En 792, mon père, le roi de Dommonée, fut assassiné par son frère. Pour être sûr de s'asseoir sur le trône, mon oncle tenta de m'empoisonner. En vain. Il envoya alors des messagers chargés de me tuer, mais ceux-ci ne me coupèrent que la main droite et le pied gauche. Les forces divines me greffèrent alors un pied de bronze et une main d'argent qui se mirent à palpiter et à grandir comme s'ils étaient mes propres membres.
L'église bâtie au 16 e et au 17 e siècle a un chevet de style Beaumanoir. Quant à la sacristie à droite, elle est la copie réduite de celle de Sizun.
Vous reconnaissez son toit en forme de bateau retourné ?
Près de vous, l e calvaire de forme très équilibrée est réalisé en kersanton. Cette pierre sombre de Bretagne que nous évoquons dans notre circuit des enclos au pays de Landerneau.
Vous voyez le cavalier qui met la main à son oeil ?
Il s'agit de Longin, un personnage peu représenté sur les calvaires.
On raconte qu'il aurait recouvré la vue grâce à une goutte de sang du Christ tombé sur sa paupière.
Pénétrez dans le porche Sud de style renaissance
Levez votre regard vers la voûte blanche où quatre ogives ocre se rejoignent par une clef pendante. Les 12 apôtres ont gardé des traces de polychromie et l'on peut encore voir le jaune et le bleu de leur manteau.
Le charme se poursuit à l'intérieur de l'église qui abrite des bannières anciennes et un remarquable ensemble de boiseries qui racontent notamment l'histoire de Saint Mélar.
Pendant très longtemps, l'esprit de clochers a régné dans la région et les rivalités entre les paroisses étaient tenaces. Deux bergers oe l'un de Locmélar et l'autre de Lampaul-Guimiliau - s'envoient des injures de chaque côté de la vallée.
Berger de Lampaul :
Les gars de Locmélar, gens sans foi, ont volé le cheval de leur recteur
Les gens de Locmélar, des d'ssus de la roche, mangeraient des poux gros comme des cochons !
Leurs deux yeux dans leur tête sont comme des fonds de barriques
Et la morve dans leur nez est aussi épaisse qu'un torchon à laver la vaisselle !
Berger de Locmélar
Les gens de Lampaul eux sont radins si radins, qu'ils iraient dans la mer jusqu'à la ceinture pour prendre du chanvre à filer ! Et pour le pendre et pour le vendre dès le lendemain !
Autour de l'église, une crossette représente un chevalier barbu qui dégaine son épée. Amusez-vous à la trouvez-la !
Retour haut de page