Circuit de la Grande Guerre 14-18 >

Péronne

Version mobile
English Néerlandais

Péronne

Dès le mois d'août 1914 la ville est occupée par les allemands. Et la cohabitation avec les habitants est parfois difficile.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes devant le château de Péronne qui abrite l'Historial de la Grande Guerre, le musée international sur la 1ère guerre mondiale.
Vous entendez ? >
<
C'est le chant des Poilus, joué par le carillon de l'Hôtel de Ville de Péronne. Chanson seule
La Madelon est un chant populaire écrit en 1914 qui est bientôt devenu célèbre en tant que " chant des poilus ". > <
Au début, son auteur, un certain Bach l'a interprétée devant un public de civils. Sans grand succès. Mais un soir, Bach l'a chanté devant des militaires, et ça a été un triomphe ! > dérapage musique
Dès le mois d'août 1914 la ville est occupée par les allemands. Et la cohabitation avec les habitants est parfois difficile. >
Les Allemands faisaient peur aux habitants de la Somme. Edgar Hugo, un habitant, se souvient de l'arrivée de l'ennemi dans sa commune, à Warvillers :
" Ce qui m'a choqué l'plus c'est d'voir les ulhans. Les ulhans, c'était des Allemands, forcément. Ils étaient montés sur des chevaux et ils avaient un casque pis une longue crinière qu'avait des machins, pis une lance ed'trois mètres, ... nous étant gosses vous savez on n'savait pas c'que c'était. On y allait voir mais ... tout l'monde était terrifié un peu hein ! "
En 1915, dans son journal de bord, le curé de Péronne décrit lui aussi les conditions difficiles de l'occupation :
<
" Il est défendu d'écrire d'un village à l'autre, sous peine d'un an de prison et 15 000 marks d'amende. Il faut pour circuler un laissez-passer distribué avec la plus grande parcimonie. Les personnes venues de la campagne ont eu une désagréable surprise : on les faisait entrer une maison servant de Poste et là, elles étaient forcées de se déshabiller pour qu'on puisse voir si elles n'avaient pas de correspondance ou de l'or. Mr le Curé de Buire a été obligé d'enlever sa soutane ! "... >
L'occupation de Péronne durera pendant presque toute la guerre. Les Allemands évacuent la ville en mars 1917 mais la reprennent un an après. < En septembre 1918 seulement, la 2ème division australienne réussi à délivrer définitivement Péronne. Voila pourquoi son drapeau se trouve aujourd'hui à l'entrée d'une salle de la mairie.
Et ce n'est pas tout . A la sortie de la ville, on peut voir sur la nationale 17 vers Arras, un monument à la gloire de cette division. C'est la statue d'un soldat australien. >
Occupée donc, la Somme a été également dévastée. Péronne a été réduite à un tas de gravas. C'est ce qu'on appelé la " Crucifixion de la Picardie ".
Il a fallu donc reconstruire. Parfois très vite. Dans certains villages, on n'a pas attendu la fin des combats. On rebâti avec les moyens du bord. Et pourtant avec un certain style architectural.
Ce sont les fameuses maisonnettes en brique avec une cuisine, deux chambres, un grenier et une cave. On en voit beaucoup aujourd'hui encore.
Construit au Moyen Age, le château de Péronne, lui aussi, a été endommagé par les combats. Des 1924, il a été classé Monument Historique.
Ce musée compare les principaux pays belligérants du front de l'Ouest (Français Allemands, et Britanniques) en plus de montrer la vie au front. Il insiste aussi sur la vie quotidienne des civils à l'arrière. L'Historial permet de mieux comprendre les mentalités des contemporains de la grande guerre - aussi bien les civils que les soldats - et explique comment ce conflit a bouleversé les mentalités, de 1910 à 1933. >
Retour haut de page