Circuit de la Grande Guerre 14-18 >

Doullens

Version mobile
English Néerlandais

Doullens

C'est là que s'est tenue le 26 mars 1918, une réunion capitale pour les alliés.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes à Doullens, devant l'Hôtel de Ville
Levez les yeux vers la fenêtre au premier étage à gauche.
C'est là que s'est tenue le 26 mars 1918, une réunion capitale pour les alliés. Onze hauts dignitaires, Français, Anglais et américains se réunissent, pour organiser le Commandement Unique.
Autour d'une table ovale, il y a les présidents de la République Raymond Poincaré et le Président du Conseil Georges Clémenceau. A leur gauche, le Général Pétain. Face à eux le Général Foch. Les Anglais ont envoyé le Général Haig.
Voici ce que Clémenceau note à l'issue de cette réunion :
" Le Général Foch est chargé par les gouvernements britanniques, Français et Américains de coordonner l'activité des armées alliés sur le Front Occidental. Il lui est conféré à cet effet les pouvoirs nécessaires en vue d'une réalisation effective.... "
. >
Ca y est c'est décidé : un seul homme va diriger les opérations.
Et Foch lancera le 18 juillet l'ultime offensive qui mènera enfin vers l'armistice.
Sonnerie de cloches
<
Le 11 novembre, à 11h, les cloches des églises sonnent dans tous les villages. La guerre est terminée. L'armistice est signé. >
Une délivrance, pleine de douleur.

C'est en Allemagne que le nombre de victimes est le plus important : 1 millions 800 000 victimes. Les français, eux, déplorent 1million 350 000 victimes, et les Anglais 900 000.
En 1918, Winston Churchill qui s'est battu lui aussi regardait vers l'avenir :
Citation " Nous avons gagné la guerre d'une manière spectaculaire, par son caractère total et écrasant mais avant de vraiment nous réjouir, nous devons faire le ménage. Nous avons gagné la grande guerre, gagnons maintenant la grande paix ! " . >
Symboliquement, à mi chemin du conflit, en 1916, la bataille de la Somme reste l'une des grandes confrontations des deux camps de la Grande Guerre.
Et pourtant comme l'explique l'historien Jean-Jacques Becker, les Français n'en tirent pas de leçons pour la suite du conflit :
" Il apparaît que sauf méthode nouvelle, effectif nouveau, conditions nouvelles, il était impossible d'enfoncer le front adverse. C'est ce que les Allemands ont compris. C'est ce que n'ont pas compris les commandements français et britanniques. En réalité, le Général Nivelle qui venait de remporter les succès importants à la fin de la bataille de Verdun a cru qu'il pourrait faire la même chose et enfoncer enfin ce front Allemand. Ce fut la bataille du chemin des Dames en 1917 qui fut un échec considérable. Des centaines de milliers d'hommes tombaient, finalement pour à peu prés rien. "
La bataille de la Somme est restée très importante aux yeux des Allemands comme le dit l'historien Gerd Krumeich :
" La Somme était importante pour le Souvenir Allemand car là on avait tenu. On était revenu en 18, on avait presque gagné la guerre là. Il y a tout un mythe qui s'est construit autour des évènements de la Somme. "
Une bataille industrielle, internationnale qui a touché + de 25 pays
Au total, plus d' 1 million de victimes pour " seulement " 40 kilomètres de front.
Laissons le dernier mot à l'écrivain Maurice Genevoix qui écrit dans " la boue " : >

Doullens est la dernière étape de votre parcours sur le circuit du souvenir dans la Somme si vous avez commencé votre parcours à Villers Bretonneux. Sinon, vous pouvez choisir à présent le numéro d'une autre étape.
Bon séjour dans la Somme.
" Nous vous souhaitons de passer un agréable séjour dans la Somme à la découverte des sites, mémoriaux et musées de la Première Guerre mondiale. "
Retour haut de page