Reims : ville martyre de la Grande Guerre >

La reconstruction de Reims

Version mobile
English

La reconstruction de Reims

Si les Américains n'avaient pas été là...

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
La reconstruction de Reims
Après la guerre, Reims est détruite à 80 %. La ville est évacuée au mois de mars 1918. Un an plus tard, quand le président de la République, Raymond Poincaré, vient remettre la Légion d'honneur à la ville, seuls 25 000 de ses habitants ont pu s'y réinstaller. En 1914, il étaient 120 000.
Pour renaître, Reims a bénéficié de l'aide financière des Etats-Unis.
Ambiance d'une ville (bruit de circulation)
Augustin : Ici, après la guerre, il faut tout reconstruire. En 10 ans, 325 architectes s'y emploient. Mais tous ne choisissent pas le style en vogue à cette époque, celui de l'Art Déco. Voilà pourquoi il n'y a pas vraiment d'unité dans le style architectural : haussmanien dans la rue Carnot, moderne avec l'Hôtel des Postes et là ici, avec la biblothèque Carnegie, c'est de l'Art Déco.
Carnegie... comme Andrew Carnegie. Son nom est inscrit sur cette plaque : Né en 1835, mort en ... 1919. C'était un industriel. J'ai entendu parler de lui lors d'un voyage aux Etats Unis. Il y a construit 2500 bibliothèques publiques qui portent son nom. Et puis il y a le Carnegie Hall à New York, une salle de spectacle où les plus grands musiciens du 20ème siècle se sont produits.
La fondation d'Andrew Carnegie a dépensé beaucoup d'argent pour la reconstruction en France. 500 000 dollars au total. Pour l'époque, c'est considérable. 200 000 vont à Reims pour sa bibliothèque d'un style très particulier : cette forme semi cylindrique ne se voit pas beaucoup en France. Autre curiosité à Reims : la cité Jardin du Chemin Vert.
Musique
Louis Pastré : Ah le chemin Vert ! C'est une fierté pour notre ville. Joseph Bédier, membre de l'Académie Française a écrit : " on voudrait que tous les maires des grandes villes, que tous les chefs d'industrie vinssent visiter ces lieux ". Il avait raison.
Mes amis protestants du Foyer m'en ont souvent parlé. En 1919, la municipalité demande à un major de l'Armée des Etats-Unis, Georges B Ford d'élaborer un plan de construction de cités jardins. Celle du Chemin Vert est installée à la périphérie de la ville sur un terrain de 45 hectares. Tout est organisé autour d'un lieu de vie central où se trouvent la bibliothèque, les bains-douches et l'école.
Au départ, 36 maisons sont réservées aux familles nombreuses ouvrières puis 617 logements à partir de 1922. Toutes sont de style alsacien. Le plan de reconstruction de l'Américain Ford permet la construction d'une douzaine de cité jardins.
Augustin : L'aide des Américains à Reims est colossale. Une rue porte même le nom de Rockfeller, l'un des donateurs les plus importants de l'après-guerre. Il méritait au moins ça.
Retour haut de page