Reims : ville martyre de la Grande Guerre >

Introduction

Version mobile
English

Introduction

Des les premiers heures de la Grande Guerre, Reims est touchée en plein coeur.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Des les premiers heures de la Grande Guerre, Reims est touchée en plein coeur. En quatre années, 1051 jours de bombardement la défigurent. Les Allemands s'installent à ses portes. A la fin des combats, il ne reste plus que 60 maisons encore habitables. La cathédrale est détruite. Reims est une ville martyre, un symbole pour tous les Français.
Ambiance à l'intérieur d'un petit avion de tourisme. Augustin scrute l'horizon
Augustin : Quelle chance d'arriver à Reims par les airs ! C'est ici que le premier grand meeting aérien a eu lieu. A Bétheny exactement.
Bruit de communication avec tour de contrôle
Ah voilà la cathédrale. Quelle beauté ! Quand je pense que la guerre l'a détruite. Et là, au bord de la nationale, le fort de la Pompelle.
(s'adressant au pilote) : Oui, je l'ai vu. Oui je sais, un As des As de l'aviation française y est tombé. René Dorme. C'était le 25 mai 1917
Bruit extérieur de l'avion qui s'éloigne
Louis Pastré (Récit) Je m'appelle Louis Pastré. J'ai 60 ans. Je suis prêtre. Ou plutôt vicaire général. Pendant cette guerre, j'ai été secrétaire de l'Archevêque de Reims, le Cardinal Luçon. J'en ai vu des malheureux ici, des gens qui avaient tout perdu. Mais je n'oublierai jamais aussi leur courage et la générosité de ceux qui ont reconstruit la ville. Les Américains. Sans eux, notre cathédrale ne serait peut être pas aussi belle.
Retour haut de page