La Grande Guerre sur le Front Occidental : l'Oise >

Vingré

Version mobile
English

Vingré

Innocents mais fusillés pour l'exemple

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Vingré
Augustin : La stèle des fusillés. Fusillés pour l'exemple. Six soldats français ont été condamnés à mort, et exécutés ici en 1914. C'était le début de la guerre et l'Etat Major voulait certainement marquer l'esprit des troupes. Un siècle plus tard, c'est difficile à comprendre. Pourquoi avoir tué des hommes de son camp parce qu'ils avaient reculé...
Ambiance d'une attaque ennemie dans une tranchée. Ordre d'un officier de reprendre position.
Bon d'accord, les hommes du Sous Lieutenant Paulaud ont été pris de panique face à une attaque surprise des allemands. Leur officier a dû leur ordonner de repartir au front. Mais est ce que ça méritait une condamnation à mort ? Et surtout une exécution ? Les historiens se posent aussi cette question.
Ordre d'un officier : Présentez armes !
Augustin : L'exécution des 6 poilus se déroule donc ici, à Vingré. Tout est raconté dans le journal de marche du régiment.
(Augustin lit) : "  Les condamnés qui ont passé la nuit dans la prison du poste de police sont amenés à 7h30 par un piquet de 50 hommes, et ... fusillés. Après l'exécution qui se passe sans incident, les troupes défilent devant les cadavres et rentrent dans leurs cantonnements. "
Augustin : Avant d'être exécutés, ces six soldats ont pu écrire une dernière lettre. A leur femme ou à leurs parents. Ces courriers sont bouleversants. Celle là par exemple...  le soldat Quinault écrit à sa femme :
Augustin lit "Je t'écris mes dernières nouvelles. C'est fini pour moi. J'ai pas le courage. Il nous est arrivé une histoire dans la compagnie. Nous sommes passés 24 au conseil de guerre. Nous sommes 6 condamnés à mort. Moi, je suis dans les 6 et je ne suis pas plus coupable que les camarades, mais notre vie est sacrifiée pour les autres. Dernier adieu, chère petite femme. C'est fini pour moi. Dernière lettre de moi, décédé pour un motif dont je ne sais pas bien la raison. Les officiers ont tous les torts et c'est nous qui sommes condamnés à payer pour eux. Jamais j'aurais cru finir mes jours à Vingré et surtout d'être fusillés pour si peu de chose et n'être pas coupable. Ça ne s'est jamais vu, une affaire comme cela. Je suis enterré à Vingré ... ".
Ordre d'un officier : A mon commandement, feu !
Augustin : En 1921, les six fusillés de Vingré ont finalement été réhabilités.
Et qu'est devenu leur officier, le lieutenant Paulaud ? Après tout, il est soupçonné de faux témoignage. Et bien, il a été jugé mais acquitté ! Pourtant, à son procès, le commissaire du gouvernement avait requis 3 ans de prison et sa destitution. Mais faute de preuve, il n'est pas condamné.
Pendant la 1ère guerre mondiale, plus de 2300 soldats français ont été condamnés à mort. 600 environ sont fusillés pour l'exemple. Parmi eux, beaucoup de soldats qui s'étaient mutilés, se tirant une balle dans la main dans l'espoir de quitter l'enfer des tranchées. Ils ont été jugés pour "abandon de poste devant l'ennemi". Une cinquantaine d'entre eux ont été réhabilités dans les années 1920 et 1930.
Retour haut de page