La Grande Guerre sur le Front Occidental : l'Oise >

Longueil Annel

Version mobile
English

Longueil Annel

La guerre sur l'eau ...

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Longueil Annel
La commune, traversée par le canal latéral à l'Oise, abrite la Cité des Bateliers. Un musée crée par une association d'anciens mariniers. Il permet de mieux comprendre le monde des péniches. Lui-aussi est associé à la Grande Guerre.
Augustin : Il suffit de regarder une carte pour voir que les militaires pouvaient aussi utiliser les rivières et les canaux pendant le conflit. Et ils l'ont fait ! Ce canal par exemple, à Longueil Annel, qui relie celui de St Quentin à l'Oise existe depuis 1831.
Mais à quoi ressemblaient ces péniches de guerre ? Il me semble que le peintre des Armées, Jean Delattre en parle dans ses carnets...
Jean Delattre : J'aurais préféré peindre le canal en temps de paix. La scène aurait été plus poétique. Mais en venant à Longueil Annel, j'ai découvert de vrais engins de mort sur l'eau. Le principe est simple : une pièce d'artillerie installée sur une péniche ou sur une barge. Simple et économique. D'autant qu'à l'époque, l'armée n'a pratiquement pas de canons mobiles. La France manque même d'artillerie lourde dès le début de la guerre. Voilà pourquoi le Commandement a l'idée d'utiliser des pièces de marine. L'avantage, c'est que ces canons peuvent être opérationnels très rapidement. Et ils sont très efficaces. Trois coups par minute me disait un canonnier marin. Et ils pouvaient tirer assez loin : jusqu'à 17 kilomètres !
Bruit de canon
Jean Delattre : Ces péniches deviennent des armes redoutables. Même si elles portent des noms sympathiques : la toute première équipée avec un canon de 19 cm, en avril 1917, s'appelait " la Marcelle ". Elle a été détruite un an plus tard par un obus et remplacée par la " Marcelle 2 ". Et puis j'ai aussi vu la " Jeanne d'Arc ".
Les canonniers marins ont donc apporté une aide efficace à l'artillerie française. Voila pourquoi sur le drapeau des canonniers marins remis en février 1918 par le président Poincaré, on trouve les inscriptions : CHAMPAGNE 1915 / VERDUN 1916 / SOMME 1916 / BATAILLE DE FRANCE 1918.
Bruit d'une corne de brume de péniche
Augustin : Décidément, ce peintre était bien renseigné sur ces péniches de guerre. Mais il oublie de dire que pendant la guerre, les bateaux sur les rivières et les canaux ne servaient pas qu'aux combats. Les militaires transportaient aussi des munitions.
Et puis, les péniches sont aussi transformées en ambulance voire même en hôpital.
Retour haut de page