La Grande Guerre sur le Front Occidental : La Meuse >

Le cimetière de Romagne

Version mobile
English

Le cimetière de Romagne

Et les américains sont arrivés ...

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Le cimetière de Romagne
Un cimetière américain, le plus grand d'Europe. 14 246 hommes sont enterrés ici. La plupart appartenaient à la 1ère Armée américaine qui est intervenue dans la Meuse du 26 septembre 1917 au 11 novembre 1918.
Et pourtant au début de la guerre, le président Wilson avait proclamé la neutralité des Etats Unis.
Bruit de l'arrivée d'un télégramme (morse)
Mais au début de l'année 1917, un télégramme du ministre allemand des affaires étrangères est intercepté. Zimmermann veut négocier avec le Mexique une alliance contre les Etats-Unis. En Avril 1917, l'Amérique déclare la guerre à l'Allemagne.
Cornes de bateaux qui arrivent dans un port
En juin 1917, les soldats américains débarquent dans les ports français de l'Atlantique et de la Méditerranée. Direction : la Meuse, principal champ de bataille de ces soldats...
Ambiance d'une population en fête. Bruits de camion. Applaudissements.
Marceau : L'arrivée des Américains ? Si je m'en souviens ? Ah mais fallait voir ça. J'étais à Gondrecourt le Château... en juillet. On était tous heureux de voir entrer ces gars venus d'Amérique, ceux de la Big Red One, la 1ère division d'infanterie américaine engagée sur le sol français. Y'avait des banderoles dans le village : Welcome.
Et puis, ça nous changeait : les Sammies, on les appelait comme ça, y étaient pas comme nous, avec leur grand chapeau, leur chewing-gum et surtout leurs soldes. Ils gagnaient comme un officier français ! Ah ils en avaient des dollars !
En 1917, un camp d'entrainement est installé à Gondrecourt-le-Château. En novembre 1917, les américains subissent leur première perte.
Bruits d'artillerie
Et Sonnerie aux morts américaine
Augustin : La sonnerie aux morts américaine... Elle retentit une fois par jour, avant la fermeture du cimetière.
Augustin marche dans le cimetière
C'est la nation américaine qui rend hommage à ces hommes tombés ici : 26 000 en 47 jours de combat. Ils s'appelaient James Murtha, Thomas Sullivan, Georges Nixon, Thomas Lynch... Leurs noms sont gravés sur ces milliers de croix de marbre blanc.
Tiens voilà... le Big Boss du cimetière : David Bedford, surintendant. Je vais aller le voir... Il doit y avoir des choses à dire sur ces américains tombés pour la France.
David Bedford :
" Ils ne comprennent pas la guerre exactement. Cette guerre est compliquée. Parce que tout le monde a imaginé quelque chose comme la guerre civile, ou les guerres de Napoléon où on dit : " Tout le monde en ligne et attaque ! " Mais ce n'est pas comme ça avec le matériel utilisé et l'artillerie bien coordonnée par les Allemands contre les lignes. Et c'est super différent pour les Américains ".
Augustin : " Mais c'est grâce aux Américains que les Français finissent par battre les Allemands ? "
Bedford : " Euh....La seule chose que je peux dire c'est qu'ils ont (fait) pencher la balance, c'est tout ! On n'a pas gagné la guerre mais on a (fait) pencher la balance. Parce que bien sûr, sans nous, la guerre va être beaucoup longue. Et dure aussi ".
Augustin : Mais dites moi... Ici, je suis aux Etats Unis ?
Bedford : " Non. Légalement non. Symboliquement oui. (rires). Parce que si vous êtes vraiment sur le terrain américain, il faut avoir un passeport et les choses comme ça ".
Augustin : Bon, c'est un peu l'Amérique quand même ici. Après tout, cette nécropole est installée sur un terrain repris à l'ennemi par l'Armée Américaine le 14 octobre 1918.
Retour haut de page